La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 26 septembre 2011

J’espère que vous êtes fier de la façon dont vous avez fait votre travail. – Au moins, il est fait.

Dashiell Hammett, Sang maudit, traduit de l’américain par Pierre Bondil et Natalie Beunat (1e parution 1929), Paris, Quarto Gallimard, 2009.

Je poursuis ma lecture des romans de Dashiell Hammett (mon rêve étant de pouvoir marier les nouvelles traductions aux anciennes couvertures qui sont quand même très classes).
Le narrateur est toujours cet homme sans nom, ce privé bossant pour la Continental, dont l’intériorité nous restera inaccessible. À noter que ce détective ne sera doté d’un nom, Sam Spade, que dans Le Faucon maltais. Les personnages sont très nombreux, aucun n’est très reluisant, tous cupides, aveuglés par leur intérêt ou juste stupides.
 Le polar est d’abord paru en quatre épisodes dans un journal et la narration s’en ressent. Les événements s’enchaînent et se compliquent un peu plus à chaque fois. Je ne vais pas essayer de vous résumer l’histoire mais disons que le point de départ est dans la famille Leggett, victime d’un mystérieux cambriolage, qui cache bien plus de choses troubles en réalité (« troubles », c’est un euphémisme, il y a un mangeur d’hommes, une enfant meurtrière et un cousin taré). Nous retrouvons comme souvent une héroïne jeune et sous influence, en l’occurrence celle de la morphine, manipulée par son entourage. Une belle-mère épouvantable. Une secte. Un amoureux jeune, beau et crétin. Des nuées de journalistes en quête d’informations sensationnelles…

Très vite, la falaise, à peine une petite crête couverte de buissons au bas de laquelle courait le chemin. Le soleil n’avait pas encore fait son apparition. Mon pantalon adhérait désagréablement à mes jambes glacées. De l’eau clapotait dans mes chaussures déchiquetées. Je n’avais rien avalé, pas de petit déjeuner. Mes cigarettes étaient mouillées. Mon genou gauche me faisait mal car je me l’étais tordu quand j’avais dérapé dans la ravine. Je maudis le métier de détective et poursuivis ma progression en émettant des bruits de clapotis.

C’est de la littérature noire, très noire. Une fois l’énigme résolue, le monde n’est pas plus simple à appréhender. On a la sensation que tout cela continue encore et encore sans fin véritable.
Mon billet sur Moisson rouge.

Couverture originale, fournie par Wikipedia.

2 commentaires:

  1. Hum hum ! Je le note car j'aime les romans noirs très noirs, pas ceux qui commencent noirs et finissent tout blancs, c'est moins crédible ! :) Et t'as raison la couverture est d'enfer ! :)

    RépondreSupprimer
  2. Les romans de D. Hammett ont été mal traduits dans les années 50, mais Gallimard les a réédités récemment dans de superbes traductions, dans un gros volume que je dévore lentement.
    Moi aussi j'aime le roman noir des années 30, je suis une vraie fan !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").