La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 24 septembre 2011

Une lumière blanche légèrement cendrée, couleur craie, déteint sur la campagne.

Jean-Paul Kauffmann, Courlande, Paris, Fayard, 2009.

Un livre dont quelqu’un avait parlé à mon club de lecture et qui m’avait fait envie. Et puis récemment Asphodèle en a parlé et mon envie s’est réveillée. Surprise… quelques semaines plus tard, dans ma boîte aux lettres, le livre, envoyé par Asphodèle… elle est merveilleuse !
Donc, je l’ai lu. Et mon avis est plus que mitigé, très tigé. En réalité, à mon sens, le problème est simple : Kauffmann n’est pas un écrivain. Du coup, même si ce qu’il est raconte est très intéressant, j’ai eu tendance à m’ennuyer et à soupirer. C’est bien dommage, parce qu’il y a plein de choses palpitantes. Il raconte la Courlande et lui, comment il en entend parler la première fois (une histoire d’amour), et son séjour là-bas, sur un prétexte journalistique. Nous le suivons dans ses pérégrinations dans cet autre bout de l’Europe.

La Courlande est une région de Lettonie, où ont vécu jusqu’à la Révolution d’octobre de riches châtelains descendants des chevaliers Teutoniques. Leurs châteaux immenses et déserts sont restés, passés au travers de la Seconde Guerre mondiale et l’occupation soviétique. Ils donnent lieu à des évocations de cet univers suranné. Dans ce coin perdu, sont aussi passés Louis XVIII en exil (et là j’ai très envie de me documenter sur cette période) et le beau guerrier Maurice de Saxe, qui faisait chavirer tous les cœurs du Paris du XVIIIe siècle. Il y a eu la terrible Seconde Guerre avec l’armée allemande coincée dans cette poche de Courlande et Kauffmann fait parler un vétéran :
Un silence absolu pendant deux jours. Les combats ont repris de plus belle le 26 décembre. Le plus effrayant était le bruit. Cette artillerie soviétique, avec les orgues de Staline, était un cauchemar. Je suis violoniste amateur. Dans mon trou glacé, je trompais l’angoisse en notant l’échelle tonale des départs avec gamme montante et gamme descendante. J’avais fini par trouver une certaine harmonie dans ces tirs. L’artillerie était si proche… Le sifflement des canons multitubes, la colonne d’air, le souffle et la vibration ressemblaient à [il use d’un mot en allemand et décrit l’instrument, je crois que c’est un sistre…] Franchement, on ne peut comparer à rien un barrage roulant soviétique. Une musique infernale, mais une musique, malgré tout, avec son rythme insensé.

Le gros point positif, c’est l’envie de littérature. Kaufmann donne envie de lire, de lire, et de lire encore. D’abord Stendhal et ses récits de voyage en Italie qui accompagne le narrateur. Marguerite Yourcenar et Le Coup de grâce. Puis les romans de Keyserling (un local) qui campe un monde en déliquescence, à la fin du XIXe siècle. Un livre qui donne envie de lire ne peut pas être mauvais à mon sens, il me donne aussi envie de m’y rendre, en Courlande, donc ce n'est pas totalement loupé.


Vous pouvez lire l'avis d'Asphodèle que je remercie vivement pour cette attention !

10 commentaires:

  1. effectivement c'est un roman que je croise souvent sur les blogs (celui d'Asphodèle et je crois que Leiloona en a aussi parlé!) et tout cela me donne envie de le découvrir, mais... pas tout de suite, je le note cependant!

    RépondreSupprimer
  2. Je suis inscrite pour recevoir ce livre voyageur, j'espère qu'il me plaira plus qu'à toi :)

    RépondreSupprimer
  3. J'espère pour toi Aymeline ! Mais il se lit agréablement et facilement.

    RépondreSupprimer
  4. catherine bibliothècaire24 septembre 2011 à 14:29

    c'est en effet un livre de voyage qui se savoure en étant dans une bulle et que j'ai bcp aimé. j'en avais parlé au club de lecture.
    je vous recommande un livre plein de charme héroïque , de cocasserie et d'amour tendre: la promesse de l'aube que je viens de terminer.

    RépondreSupprimer
  5. Oh ! Merci du compliment Nath, mais merveilleuse, faut pas pousser non plus ! ;) Tu l'as beaucoup mieux analysé que moi, je n'ai pas ta culture ! Mais j'avoue que je ne l'ai pas trouvé nul en tant qu'écrivain, justement je m'attendais à pire, c'est sûrement pour ça que j'ai été embarquée ! Mais bon...il y a mieux certes... :)

    RépondreSupprimer
  6. Hum, pour la culture, j'ai simplement pioché dans le livre. Il faut être honnête, on apprend énormément de choses en le lisant.

    RépondreSupprimer
  7. C'est toujours agréable de recevoir un livre dans sa BL, surtout quand on ne s'y attend pas.

    RépondreSupprimer
  8. Et là c'était une vraie surprise, je ne m'y attendais pas du tout. Quel bonheur d'ouvrir le paquet, lire les cartes, etc.

    RépondreSupprimer
  9. Tu sais quoi ? Je suis contente de n'être pas la seule à m'être ennuyée ! D'abord, je te remercie pour l'envoi et ta gentille carte. J'ai lu ce livre le samedi du RAT et je n'ai pas trop aimé. Ce que j'ai apprécié... La découverte de ce pays, les allusions aux auteurs que j'admire, le début au Canada, la fin lorsqu'il croit croiser Mara.
    Je ne pense pas faire de chronique, n'étant pas inspirée.
    A bientôt...

    RépondreSupprimer
  10. Oui les infos sont intéressantes mais l'écriture est faible. C'est bien dommage...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").