La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 18 septembre 2014

Le buste de cet homme était un bloc ; vous eussiez dit un taureau relevé sur ses deux jambes de derrière.

Honoré de Balzac, Ursule Mirouët, 1841.

Un court roman balzacien, à la lecture agréable, en dépit de quelques faiblesses de narration.
On est à Nemours et le monde tourne autour de la succession du docteur Mirouët : Un riche vieillard qui a adopté sa petite nièce, mais surveillé par les riches bourgeois de la ville. Vous aurez compris que ce roman est une variante du Cousin Pons. Mais on trouve aussi un renvoi habile aux Antiquaires et un écho à tous les jeunes gens partis réussir à Paris (pour s’échouer).
La description du microcosme de Nemours est très réussie, avec la façon dont on se croise dans la rue ou à l’église. Beaucoup de personnages sont ambivalents, ce qui fait leur force : le docteur Mirouët qui balance et hésite à préparer sa succession, les jeunes gens qui héritent des personnalités de leurs parents en voulant s’en distinguer, le méchant clerc de notaire et surtout le maître de poste qui ouvre et ferme le roman, comme un pivot central. L’habileté est aussi que l’action subit suffisamment de retournements pour que la fin ne soit pas écrite d’avance et inéluctable.
 
A. Varin, Le Secret ou Nemours autrefois. XXe siècle,
château de Nemours, RMN.
En le voyant venir du perron vers eux, la pauvre petite serra le bras de son oncle absolument comme si elle se retenait pour ne pas tomber dans un précipice, et le docteur entendit de profondes et sourdes palpitations qui lui donnèrent le frisson.

Une note de droit bien intéressante : nous sommes renseignés sur la haine du Code Napoléon contre les enfants naturels et même contre les descendants d’enfants naturels. C’est une véritable persécution légale qui est parfaitement décrite et analysée ici.
Je suis plus sceptique (c’est le cas de le dire) quant aux miracles religieux et à l'occultisme qui jouent un rôle central dans le roman et qui l’affaiblissent. Et l’Ursule qui donne son titre au roman est bien fade.
  

6 commentaires:

  1. Je me suis promis de lire tout Balzac. Ça va venir !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Bon, vu que tu as déjà lu tout Zola, tu peux t'y mettre maintenant !

      Supprimer
  2. ça donne trop envie de lire ce roman !! J'ai lu récemment "César Birotteau" et c'était vraiment un bon roman que je te conseille. Cela se passe dans le milieu de la parfumerie et ça parle aussi d'argent...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai lu aussi (d'ailleurs le billet traîne quelque part sur le blog). Je n'ai pas bien compris la partie financière mais effectivement ce roman m'a bien plu !

      Supprimer
  3. J'adore les microcosmes balzaciens ! ( comme dans Eugénie Grandet). J'ai hâte de découvrir ce roman même si tu lui trouves de nombreuses faiblesses...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vrai que Balzac décrit particulièrement bien les microcosmes et est très à l'aise pour analyser des relations ambiguës entre un petit nombre de personnes.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").