La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 10 février 2015

Le monde a changé, ce pays est en train de changer, je dois faire partie de tout ça.

Saïdeh Pakravan, Azadi, 2015.

Lecture très contemporaine et éclairante pour qui s’intéresse à l’Iran d’aujourd’hui.
Le roman suit une famille et plus particulièrement Raha, étudiante en architecture. On est en 2009 après les élections où les Iraniens ont cru que pour une fois leur vote allait compter. Mais Ahmadinejad est annoncé vainqueur dès le premier tour et toute la population descend dans la rue. Le roman décrit cet immense mouvement, l’espoir soulevé par les rassemblements, la répression et le retour de la chape de plomb. Raha participe aux marches, est arrêtée, avant de subir l’innommable et de, malgré tout, essayer de continuer à vivre.

On en apprend beaucoup sur l’Iran contemporain et c’est sans doute ce qui contribue le plus à l’intérêt du roman. Les personnages sont tiraillés entre des contradictions insolubles : certaines traditions sont respectées par habitude, d’autres non. Le rapport à la religion est des plus variables, celui à l’Occident aussi. En pleine dictature, même bien éduqués et en suivant les médias étrangers, difficile de faire le tri entre les rumeurs sur les méfaits du tabac, la drogue, le rôle d’Israël et autres. Il y a aussi un rapport complexe au passé du pays, glorieux, regretté, mais repoussé. Les détails sur le régime politique sont ainsi très intéressants. Téhéran est composé certes d’une jeunesse instruite et connectée, mais aussi de gardiens de la Révolution loin d’être tous fanatiques, certains même très désabusés, de générations âgées attachées aux traditions et d’individus déracinés.

Un ou deux millions de gens ne sortent pas dans la rue par eeteghad – parce qu’ils y croient. Qu’ils croient en quoi ? Certainement pas en Moussavi.

Téhéran, tour Azadi. Wikipedia.
En guise de bémol, je trouve que le livre est plus documentaire que littéraire. Les personnages manquent un peu de consistance. J’ai eu du mal à les identifier au début, à ne pas les mélanger, à comprendre leur lien. Le plus réussi est peut-être Hossein, jeune membre des Gardiens de la Révolution, entré là pour nourrir sa famille, très pieux, estimant que ces manifestants ne peuvent qu’être manipulés, mais répugnant à toute violence et abus de pouvoir. De même, j’ai aimé Gita, émigrée aux États-Unis depuis l’âge de huit ans et revenue dans un pays qu’elle ne connaît pas, mais où pourtant tout est chez elle. Je me rends compte que je préfère les personnages ne participant pas aux interminables discussions politiques, bien légitimes (là n’est pas la question), mais peu compréhensibles (qui en Frane connaît la différence entre Moussavi et Karroubi ?) et un poil barbantes.
Le livre est écrit en français, mais contient beaucoup de mots et d’expressions en persan, qui sont traduits. Cela produit un effet d’étrangeté : les personnages semblent expliquer leurs propos aux lecteurs au lieu de parler entre eux. Mais, bien sûr, les sonorités persanes sont à entendre.

Elle regarde vers l’avenir, elle est pleine d’espoir. Que dire ? Elle est américaine à présent et croit donc à la capacité des gens d’adapter le monde à leurs besoins – là où il y a la volonté, on trouve le moyen d’agir, ce genre de chose. Je suis, moi, fondamentalement, iranien et sais que le monde trouvera le monde de nous écraser avant de faire la moindre concession à nos besoins.

Merci aux éditions Belfond et à Babelio pour cette lecture.

Des femmes écrivains. L’avis (plus entraînant) d’Aaliz.


Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").