La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 12 février 2015

L’Iran d’aujourd’hui n’est pas pour toi. Je t’interdis de revenir.

Marjane Satrapi, Persepolis, édité à L’Association, achevé en 2003.

Je connaissais le film Persepolis mais je viens seulement de lire l’album. Je n’ai pas fait une lecture très suivie et le titre est déjà très connu, il me sera donc difficile d’en dire beaucoup, mais quelle réussite !

Marjane Satrapi raconte son enfance en Iran, le début et l’installation du régime islamique et ses propres débuts dans la vie comme illustratrice. Elle entrecroise habilement des considérations autobiographiques, avec la description de la vie de la jeunesse sous la dictature islamique et des notations historiques. Le film est plus rapide et le livre contient beaucoup d’anecdotes très précises et très intéressantes. Les personnages sont aussi plus complexes et ont une trajectoire moins linéaires, on s’identifie moins à l’héroïne, mais c’est un avantage indéniable. Il faut faire la part des choses entres les émois ordinaires d’une adolescente et la violence du régime expliquée sans fard.
Le dessin est magnifique et s’adapte aux variations d’atmosphère, de l’histoire millénaire de l’Iran à la douleur de la guerre.
À lire, à relire.




Merci Claire qui m'a offert le livre !

6 commentaires:

  1. Ah, enfin un livre dont tu parles et que j'ai lu ! Je confirme, j'ai adoré Persepolis ! Mais n'ai pas vu le film, d'ailleurs... Bises !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, tu dois avoir lu plein de livres que je ne connais pas (CQFD) !

      Supprimer
  2. Quelle magnifique BD (et quel magnifique film, ensuite!)

    RépondreSupprimer
  3. Une série que j'ai beaucoup aimé. Pas vu le film d'animation encore.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je l'ai vu deux fois et beaucoup aimé également. Il y a moins de détails mais la musique est un ajout réussi.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").