La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 26 janvier 2014

Humeur gourmande


Je me suis engagée malencontreusement à délivrer 20 recettes de cuisine pour le challenge de Syl. À raison d’un billet non livresque par semaine, cela signifie qu’un week-end sur deux sera consacré à la bouffe. J’espère suivre. Sinon, vous ferez maigre, ce n’est pas grave.

Gourmandises 1/20 : le risotto

Pas de livre de cuisine aujourd’hui, cette recette primordiale chez moi est le résultat de diverses expériences et lectures. Vous ferez votre choix.

D’abord, choisir le risotto. Obligatoirement du risotto arborio. De toute façon, c’est simple, si le paquet ne parle pas italien, laissez tomber. À titre d’exemple, le mien.



La plupart des recettes disent de faire revenir un oignon émincé dans l’huile d’olive. Moi, j’ai choisi l’échalote, que je préfère. Vous pouvez mettre de l’ail, mais ce n’est pas obligatoire.

Beaucoup de recettes parlent d’un mélange huile/beurre. Mais je ne mets que de l’huile d’olive.

Ajoutez le risotto. On mélange pour que tous les grains s’imprègnent et deviennent brillants (le bout du grain de riz s’éclaircit).
Quand ça commence à chauffer, ajoutez… Ah… Normalement, le vin blanc. En réalité, un acide (n’importe lequel) convient. Vin blanc, vinaigre, citron… Personnellement, je mets du vinaigre de Xerxès, je trouve que cela ajoute un parfum délicieux.
Riz arborio
Et une minute après (en gros), ajout du bouillon.
Le bouillon.
Soit vous êtes une brave cuisinière, et vous avez un authentique bouillon de volaille ou de légume sous le coude. Soit vous avez des cubes. Moi, je mets de l’eau bouillante. En réalité, je fais rarement un risotto nature. Donc il y a souvent des épices, ou des crevettes, ou des champignons, ou du coulis de tomate… Pour le sel, faites selon votre goût et la garniture. N’oubliez pas qu’il y aura du fromage salé à la fin ! Le bouillon doit être ajouté chaud (d’où la bouilloire) et au fur et à mesure – il faut rester à côté. Cela cuit à petits blop-blop pendant 18 minutes. C’est la durée magique.

Ensuite, à vous de voir à quel moment ajouter épices ou accompagnement. Si on fait cuire les champignons à part, par exemple, vous pouvez les ajouter en milieu de cuisson pour parfumer le riz. Le coulis de tomate dès le début. Les crevettes à la fin.

18 minutes plus tard… Vous aurez compris que le risotto est un plat qui se cuisine en restant à côté et en veillant dessus…. Fin de la cuisson, on coupe le feu. Il faut qu’il reste un peu de bouillon (mais pas trop) car les grains de riz vont encore gonfler. Ajoutez du beurre ou de la crème ou du mascarpone ( du beurre pour moi). Et du parmesan râpé (ou du pecorino). Faites des 8 pour mélanger. Et attendez bien 5 minutes que ça gonfle.
Voilàààà !



Le risotto se mange, donc pas de photo.

Notez que si vous ne finissez pas votre gamelle, le riz va continuer à gonfler dans la casserole. Le risotto réchauffé ressemble à une pâtée et perd un peu de sa magie.

P. S. Wikipedia m'apprend que Stendhal appréciait beaucoup le risotto. Quel brave homme.

7 commentaires:

  1. C'est super ! et je rigole bien... je pousse à la consommation ? 20 recettes, c'est fastoche !!!
    J'ai mangé du risotto hier. Aux champignons... trompettes de la mort !!! Miam...
    Est-ce que mon paquet de riz parlait italien ? Il pouvait même parler javanais hier après avoir goûté mon vin blanc.
    Bise

    RépondreSupprimer
  2. Tiens, je suis comme toi: que de l'huile d'olive pour mon risotto!
    Et puis le risotto , c'est chouette parce que c'est déclinable à l'infini (ou presque!)!

    RépondreSupprimer
  3. Je fais mon risotto avec du lait de coco et ça DÉCOIFFE !!

    RépondreSupprimer
  4. Je suis plus classique mais je reconnais que le lait coco c'est terrible.

    RépondreSupprimer
  5. Xerxès avait probablement un caractère assez vinaigré pour partir à l'assaut du monde grec, reste à savoir si le risotto était son plat favori... Ce sera quoi qu'il en soit notre menu ce soir (chou romanesco, parmesan et noisettes concassées).
    Bravo pour ton blog où se rencontrent des Grecs, des Persans et des Chouans (n'oublions pas les chouans...) et beaucoup de bises à toi. Je sais que ces dernières semaines sont particulièrement chahutées.

    RépondreSupprimer
  6. Merci Nadia, j'ai vu plein de Chouans récemment !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").