La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 28 janvier 2014

Un nouvel acide barbituré avec une chauve-souris dessinée dessus.


Thomas Pynchon, Vineland, traduit de l’américain par Michel Doury, publication originale en 1990, édité en France au Seuil.

Présenter un compte-rendu d’un roman de Thomas Pynchon est toujours un défi… Sa littérature est sous le signe du « trop » : trop de personnages, de références, de mots, de sous-entendus, de branches narratives, c’est une jungle au sein de laquelle on fait ce qu’on peut.
Nous plongeons ici dans le monde de la contre-culture américaine (le péché mignon de Pynchon) : drogués divers, musiciens, cinglés, fantômes, ninja, gauchistes de toutes obédiences, mecs aux cheveux longs venus de tous les horizons… c’est foutrac. On y suit Zoyd et sa fille Prairie, son ex-femme Frenesi et quelques-uns de leurs proches (en comptant le chien). Comme c’est un univers paranoïaque, tout le monde est susceptible d’être retourné par le FBI pour une meilleure manipulation. Le mal est incarné par Brock Vond, procureur, un dur de dur, qui infiltre sa puissance noire partout. Les uns n’ont à la bouche que le complot de la droite et de la police pour venir à bout de toutes les libertés, les autres sont obsédés par le complot « gauchiste – drogué – cheveux longs – lopette ». C’est un peu n’importe quoi, mené avec maestria. Je reconnais avoir eu une faiblesse dans le milieu, trouvant cela un peu long, mais il faut accepter ce voyage barré.

Il est particulièrement agréable de retrouver régulièrement les éléments de l’univers de Pynchon : la difficile lutte des syndicalistes américains contre les autorités, les chemises avec des perroquets, les trucs vaguement magiques, Bigfoot, le délire paranoïaque, le culte de la télévision, du toc et du faux. Si vous débutez, je vous conseille Vice caché, qui est plus construit, mais qui se situe dans le même univers déjanté. Vous croiserez un homme atteint d’addiction à la télévision, une compagnie aérienne où les avions sont transformés en bars hawaïens avec ukulélé.

C’était une tronçonneuse pour dame faite sur mesure, capable toutefois de « s’attaquer aux madriers », à en croire les publicités, mais « aisément dissimulable dans un sac à main ». Les poignées, la protection, le carter étaient plaqués nacre, et en lettres de strass, au centre de la chaîne prête à mordre, figurait le nom de la jeune femme à qui il l’avait empruntée, et que les consommateurs prirent pour son nom de travelo, CHERYL.



2 commentaires:

  1. Pas lu celui ci , mais dans une autre vie je voulais lire tous ses romans. Vice caché est hautement recommandable, en effet, j'ai adoré, et quand à cette histoire avec le Lot 49, je suis mal remise d'un grand passage complètement barje (bref, j'adore)

    RépondreSupprimer
  2. J'ai lu le Lot 49 mais je n'ai pas réussi à faire un billet, il faut donc que je le relise !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").