Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

vendredi 14 août 2015

N'est pas toujours heureux celui qui entend le mieux !

Anonyme, Voyage à Visbecq, 1794, éditions Anacharsis.

Curieux texte que ce récit de voyage fantastique, voire surréaliste.
Le narrateur commence par s'interroger sur le temps et le déroulement du calendrier, achète de l'opium pour accélérer le cours des choses et... Suit le récit d'un rêve ou d'un voyage avec des éléphants orange, une prison, des mages et des épreuves initiatiques. En une centaine de pages on passe d'un univers à l'autre, au gré de l'imagination du mystérieux auteur. Le lecteur doit être attentif pour ne pas se perdre. D'autant que s'intercale un beau récit chevaleresque ancré dans le territoire de ce qui deviendra la Belgique.

Mais ce qui attira surtout mes regards, ce fut l'arbre sous lequel j'étais assis:le tronc et les branches étaient d'argent et les feuilles ressemblaient à du satin violet; il portait des fruits de la grosseur d'un œuf ; il y en avait de toutes les couleurs ; de bleus, de jaunes, de rouges.

La riche préface rappelle le contexte littéraire. Le XVIIIe siècle abonde en romans explorant le centre de la terre ou voyageant dans des univers parallèles (c'est le siècle de Robinson et de Gulliver), à l'allure de contes orientaux (façon 1001 nuits ou Flûte enchantée). On est ici dans cette belle lignée, avec une plume légère et ironique, sans respect pour la dignité philosophique. Car il ne s'agit pas de disserter sur la diversité du monde, mais de manger, de passer du temps avec des amis agréables – et de chanter la Belgique dans des vers précieux. Le roman mêle ainsi le monde de la chevalerie (avec la très ancienne chasse au sanglier), l’ancrage dans le territoire flamand, les personnages à la vague allure de mages égyptiens, le goût pour les initiations mystiques (le siècle a aussi inventé les francs-maçons) et l’invention de mondes fantastiques.
Boucher, Étude d'arbre, Hambourg, Kunsthalle, photocopie !
Le roman chante le pouvoir de l'imagination, des souvenirs d'enfance, de la musique et de l'odorat. En bon disciple de Rousseau, l’autour loue les charmes ineffables de la nature, des paysages et de la vie à la campagne. Il se moque de ces riches urbains qui s'émerveillent devant les violettes et le mode de vie des paysans.
Ce roman malgré sa brièveté ne se lit pas forcément facilement, car la langue est celle du XVIIIe siècle : rapide, volontiers elliptique, avec le charme d'une conversation élégante. Cette lecture possède néanmoins un charme certain. C'est toujours un plaisir de voir le XVIIIe siècle manier si bien l'invention surréaliste.

Il était quatre heures du matin. C'était au mois de mai. Mon guide marchait à côté de moi : mon guide ne voyait rien.
Il me plaignait de ce que la rosée qui couvrait l'herbe des prairies mouillait mes souliers et mes bas... Les pleurs de l'aurore, les diamants dont la nature se pare dans ses jours de fête !

L'avis du doge Loredan.



2 commentaires:

  1. Réponses
    1. Pas facile à lire, la préface aide beaucoup, mais vraiment curieux ! Ils font de ces trucs au XVIIIe !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").