La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 22 janvier 2017

Visite de Strasbourg


J’ai découvert la ville de Strasbourg à la fin du mois de novembre : son marché de Noël, sa cathédrale et j’ai eu le temps de visiter deux musées !
Donc quelques photos.
La magnifique, impressionnante et écrabouillante cathédrale qui surplombe les petites rues.
C’est rouge, c’est du grès des Vosges, une magnifique pierre, très colorée, soit rouge, soit rose, ou même un peu jaune selon les cas.
La plupart des sculptures originales de la cathédrale sont déposées au musée de l’œuvre Notre-Dame (des copies étant chargées de résister aux intempéries, à la pollution et aux pigeons). On peut donc les  admirer de près.
Ce chien diabolique se dressait à l'origine sur la cathédrale.

Vitrail provenant de l'église des Dominicains de Strasbourg et montrant Job, avec la peau toute tachetée à cause de la maladie, tourmenté par le Diable (avec le Diable en bleu - c'est bon, tout le monde a lu Pastoureau ?)

Les amants trépassés (peinture à l'huile sur panneau de bois) n'ont pas droit à un au-delà très reposant.

Un homme accoudé en bois polychrome.

Ce musée possède également une section consacrée aux dessins des architectes des cathédrales, car le musée abrite une collection rarissime en ce domaine. Soyons simples : au Moyen Âge, il n’y avait pas de papier (il n’est arrivé en Italie qu’à partir du XIIIe siècle). Les dessins sont donc réalisés sur parchemin, à la pointe d’argent (où on ne se corrige pas aisément), sur du bois, sur ce que l’on appelle un plancher d’épure (un plancher qui sert à tracer à l’échelle un) ou sur le sol. Ou alors on ne dessine pas, car la réalisation et la conception vont de pair. Donc le musée conserve quelques parchemins, dont certains qui portent des dessins préparatoires pour la cathédrale de Strasbourg et c’est impressionnant.

J'ai profité du voyage pour me rendre à Colmar et le billet de photos est ici.

 Au musée des beaux-arts de Strasbourg, un tableau du XIXe siècle (de la main de Jean Schuler) rend hommage à l'architecte Steinbach, considéré comme le créateur de la cathédrale de Strasbourg. Tout le XIXe siècle est là : goût pour le Moyen Âge, pour l'architecture gothique, pour les gloires locales, pour le génie créateur isolé... D'un côté, à l'âge de la jeunesse, il dessine sur un parchemin posé sur le sol et de l'autre, devenu vieux, il peut admirer son œuvre. Et à l'arrière-plan : une femme sculptrice !






8 commentaires:

  1. j'y avais passé un agréable séjour il y a...longtemps!

    RépondreSupprimer
  2. Quelle belle ville ! et de beaux musées ! (j'aime bien le terme "écrabouillante" pour la cathédrale)/ Moi aussi j'étais allée à Colmar après Strasbourg.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est vraiment l'impression que l'on a quand on arrive, elle n'a pas du tout assez de place !

      Supprimer
  3. Je n'ai jamais été à Strasbourg mais il faudrait que j'y songe, ton billet donne envie :)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En plus tu adorerais le marché de Noël je pense.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").