La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 7 septembre 2017

Ah ! Voilà, chassez le naturel, il revient au jabot, répliqua Mistigris.

Honoré de Balzac, Un début dans la vie, 1842.

Les premiers mots de ce petit roman sont surprenants : « les chemins de fer ». Balzac aurait-il changé d'époque ? Non, mais il commence par nous parler de l'ère déjà lointaine des voitures à cheval. Entre Paris et L'Île-Adam le service est assuré par un certain Pierrotin. Une bonne partie du roman est constitué par le récit d'un de ces voyages où plusieurs personnes choisissent l'incognito ou essaient de mystifier leurs compagnons. C'est très plaisant pour le lecteur et le jeu des rebondissements est tout à fait réussi. Ce tableau de la société contemporaine est cruel, satirique et assez drôle à lire. Mais il s'agit d'un de nous raconter en réalité les débuts dans la vie d'Oscar, l'un de ces voyageurs. Ces quelques heures seront décisives pour lui et le reste de son existence restera marqué par ce voyage. À la fin du roman, tout le monde remonte dans la voiture pour L'Île-Adam et on fait le bilan des années écoulées.

Quelque fous que fussent ces jeunes gens, le grave homme d'État leur enviait leurs défauts, il aimait leur jactance, il admirait la vivacité de leurs plaisanteries.

Au-delà du début qui ressemble vraiment à une situation de théâtre, le propos de Balzac est visiblement de réaliser une comédie de mœurs sur la jeunesse. Il peint cruellement les conséquences des erreurs des jeunes gens qui aspirent à une existence originale, aventureuse, poétique. Tous les aspirants Rastignac n'ont décidément pas le talent nécessaire pour gravir les échelons de l'échelle sociale.

Ce roman très ironique nous donne un tableau des trucs et coutumes des voyages en voiture à cheval (une pensée pour Boule-de-Suif) et de cette sociabilité provisoire particulière. Et nous croisons le peintre Joseph Bridau jeune et l'argot des ateliers.

La fin est prodigieuse :
Oscar est un homme ordinaire, doux, sans prétention, modeste et se tenant toujours, comme son gouvernement, dans un juste milieu. Il n'excite ni l'envie ni le dédain. C'est enfin le bourgeois moderne.
La jeunesse romantique a pris cher !
 
Illustration par O. Cortazzo, 1897, Wikimage.
Honoré de Balzac, Le Curé de Tours, 1832.

Cette nouvelle raconte une minuscule histoire de rivalité entre Birotteau, le curé de Tours (et frère de César Birotteau) plutôt bonhomme, et l'un de ses collègues. Le prétexte est tout petit : la jouissance d'un appartement, mais il s'agit là de ces crimes invisibles et légaux qui trahissent les passions secrètes des hommes et des femmes du temps. Le tout est narré avec beaucoup d'ironie et de grandiloquence, Balzac mettant l'accent sur les petits traits de personnalité de l'ensemble des personnages.
Bémol : Balzac trouve quand même le moyen de dégommer les célibataires (nécessairement égoïstes) et particulièrement les vieilles filles. Irrécupérable !

Pauvre homme ! il accomplissait précisément les vœux secrets de sa terrible ennemie, dont les projets ne pouvaient être déjoués que par une patience de moine ; mais, ne devinant rien, ne sachant point ses propres affaires, il devait succomber comme un agneau, sous le premier coup du boucher.

Destination PAL – la liste complète des lectures d’été.


4 commentaires:

  1. Bonjour Nathalie !
    Je crois bien n'avoir lu que deux livres de Balzac. Le lys et Les Chouans. Le lire ne me déplairait pas.
    Biz

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu en as lu deux qui sont très bons, c'est déjà une chance !

      Supprimer
  2. Bémols, oui, mais Balzac, on l'aime!!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est parce que je l'aime bien que je me permets de l'engueuler (surtout vu l'effet que ça produira...).

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.