La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 23 octobre 2021

Tatoueurs, tatoués

 Tatoueurs, tatoués

Aujourd’hui je vous invite à une exposition sur l’art du tatouage. Elle s’est tenue au Quai Branly pendant plusieurs mois, mais cet été elle a fait escale à Nice.

Elle présentait l’histoire du tatouage et ses différentes pratiques, ainsi que la création contemporaine au niveau mondial. C’était très intéressant (et puis elle était gratuite et c’était le prétexte idéal pour retourner à Nice) (on a toujours besoin de déguster une délicieuse glace à la noisette devant la Méditerranée).


Le tatouage est une pratique aussi vieille que l'humanité, puisque l'on sait qu'Ôtzi, l'homme des glaces, en portait plusieurs. Mais en Occident, elle est longtemps restée dans les marges, liée aux criminels, aux marins, aux barbares des contrées exotiques, etc.

L'exposition présentait quelques documents historiques.


À gauche, un livre de 1817 racontant l'histoire de Jean-Baptiste Cabri, dit Joseph Kabris, marin revenu entièrement tatoué d'un voyage dans les îles Marquises. Avec son portrait dans cette gravure sur bois.

À droite, une gravure italienne du 17e siècle (Amsterdam Tattoo Museum) montrant un tatoueur itinérant en train d'opérer sur un marin.


Il y avait plusieurs documents sur le tatouage comme phénomène de foire et sur les ateliers itinérants (la boutique du tatoueur étant une réalité assez récente). À gauche, photographie de Jacques Boyer, montrant un marin anglais (1899). À droite, deux malles de tatoueur itinérant, pour un sideshow américain (conservées au Amsterdam Tattoo Museum)


Photographie de Betty Broadbent qui exhibe ses 350 tatouages dans un sideshow. Et affiche réclame pour un sideshow américain : sur la toile de décor à l'arrière plan on voit des "sauvages" en train de tatouer un prisonnier blanc.


Des documents évoquaient évidemment l'utilisation du tatouage pour marquer les humains, de la Shoah à la Syrie d'aujourd'hui. L'usage religieux du tatouage était illustré par des photographies et surtout des vidéos, réalisées partout dans le monde. D'ailleurs ce tour du monde du tatouage était très intéressant, des Samoas aux gangs des États-Unis, rien ne semblait oublié.


J'ai été intéressée aussi par les techniques pour conserver le tatouage et l'exposer. Dessins, gravures, photographies, vidéos, descriptions... mais voici 3 exemples intéressants.

Les Maoris conservaient les têtes momifiées de dignitaires ou d'ennemis, en les embaumant. Les Européens ont évidemment cherché à en acquérir. Ici, vous avez le moulage en plâtre d'une de ces têtes (conservé au musée du quai Branly). La tête, elle, a été rendue à la Nouvelle-Zélande seulement en 2012.

Aux Marquises, avant l'arrivée des Occidentaux, les tatoueurs présentaient les motifs sur une étoffe d'écorce ou de bambou. L'engouement des européens pour les objets exotiques a suscité la fabrication de modèle de ce genre, en plâtre (ici 20e siècle, conservé au musée du quai Branly).

Aujourd'hui, on utilise le silicone ! L'exposition montrait plusieurs de ces modèles, qui servent aux tatoueurs à montrer leur savoir faire, sur un support respectant la forme et le relief du corps humain. Ici un motif de Filip Leu, daté de 2018 (conservé au musée du quai Branly).


Et puis il y avait diverses évocations, de tatoueurs et de tatouages.

 

Et les tatoueurs, ce sont aussi les tatoueuses. À gauche, Whang-od Oggay, une tatoueuse traditionnelle des Philippines, photographiée en 2011. À droite, le modèle en silicone d'un motif réalisé par Barba Kari en 2017.
Place était faite aux tatoueurs japonais et aux yakusas. Des photographies très esthétiques. À gauche, photographie de Masato Sudô, Ranshô (1980) et à droite un homme tatoué et photographié par Horikazu Ho.
Cédric Arnold a photographié les tatouages traditionnels de Thaïlande.

Je n'y connais rien en tatouage. J'ai une cicatrice au milieu de la figure, mais je ne suis pas tatouée. Mais l'exposition était très intéressante et sans doute assez exhaustive. Et les photographies belles et impressionnantes. L’exposition Tatoueurs, tatoués est terminée, mais sa présentation sur le site internet de l’espace Lympia est très complète.


La semaine prochaine, début du tourisme en Île-de-France.


ADDENDUM DÉMÉNAGEMENT : Tous les livres sont encartonnés (34 cartons). Et pendant ce temps, le cuisiniste bosse.



10 commentaires:

  1. Les cartons de livres : gare au dos! (c'est du vécu)
    Sinon, belle expo , oui ce sont parfois des oeuvres d'art, mais je me demande comment ça vieillit tout ça, et que faire si on n'en veut plus? (je connais un homme qui a résolu le problème des initiales d'une ex en les choisissant comme initiales de ses deux enfants...)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Pour les cartons : je les laisse aux déménageurs et je ne soulève rien (embourgeoisement total).
      Je pense que le problème de vieillissement ne vient pas du tatouage, mais du support, si tu vois ce que je veux dire... Après il faut choisir des motifs intemporels, comme un dragon ou une sainte vierge.

      Supprimer
  2. un art tout à fait fascinant et qui longtemps s'est apparenté à la violence, et même parfois à la dépravation heureusement cela a évolué et aujourd'hui les tatoueurs sont vus comme des artistes dans le sens le plus plein des mots

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En Occident oui. L'expo parlait aussi des tatouages religieux dans d'autres cultures que la nôtre et présentait le travail de plein de tatoueurs contemporains partout dans le monde, dans des styles très différents. C'était très riche.

      Supprimer
  3. il y en a des très impressionnants!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je n'ai pas mis la photo mais dans l'expo on montrait un homme dont le corps était presque entièrement noir, avec les motifs laissés en blanc, c'était fou !

      Supprimer
  4. Je n'aurais jamais pensé au tatouage comme sujet d'exposition, mais tout ça a l'air passionnant! Y compris ce que tu écris sur les techniques pour conserver. Moi, je crois que c'est l'aspect social qui m'intéresserait le plus, et le regard que porte une culture sur le rapport à la peau d'une autre culture.
    34 cartons! Ca doit sentir le vide chez toi, maintenant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un vrai sujet d'exposition, à la fois des siècles d'histoire et répandu sur tout le globe, avec des aspects religieux, sociaux, politiques, culturels, etc. Et esthétique bien sûr. C'était très intéressant.

      Supprimer
  5. J'admire le travail mais je ne peux pas m'empêcher de penser au mal que ça fait ! Il faudrait m'anesthésier pour me tatouer.
    Syl.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont "modérés" en espérant ne plus avoir droit à compter les escaliers et les feux rouges (Blogspot enquiquine le monde). Si le compte Google ne marche pas, vous pouvez juste indiquer votre prénom (et croisez les doigts). Merci !