La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 19 août 2011

Le péplum authentique


Je viens de lire le catalogue de l’exposition consacrée à Jean-Léon Gérôme (1824-1904), qui a eu lieu au Musée d’Orsay, au musée Thyssen de Madrid et J. Paul Getty Museum de Los Angeles en 2010-2011.

Gérôme, Oedipe, 1863-66, California, San Simon, Hearst Castle image Wikipedia.

Un peintre mal connu, des sujets orientalistes, de la grande peinture d’histoire… c’est totalement désuet, d’une technique parfaite. 

Gérôme, Charmeur de serpents, 1880, Williamstown,
The Sterling and Francine Clark Art Institute,  image Wikipedia.

J’ai aussi découvert ces tableaux qui ont visiblement inspiré les réalisateurs des premiers péplums. Il y a déjà tout, la pseudo reconstitution archéologique, l’érotisme, la cruauté, de la couleur qui claque…

Gérôme, Ave Caesar, morituri te salutant, 1859, New Haven,
Yale University Art Gallery, image Wikipedia.

Tout cela pour dire que j’ai très envie de relire Les derniers jours de Pompéi d’Edward Bulwer-Lytton (1834) et Quo Vadis d’Henryk Sienkiewicz (1895). Quelqu’un veut-il se joindre à moi ?

Gérôme, Pollice verso, 1872, Phoenix, Phoenix Art Museum

2 commentaires:

  1. Quo vadis m'avait passionnée en son temps (13 ans environ) et les derniers jours de Pompéi je les ai lus beaucoup plus récemment (50 et plus peut-être) mais je n'en conserve aucun souvenir ... hélas l'Alzheimer . Alors je veux bien relire l'un ou l'autre. En revanche j'ai lu Spartacus , mais je me rappelle pas l'auteur.

    RépondreSupprimer
  2. Il y a un certain Howard Fast qui a commis un Spartacus en 1951 (très récemment par rapport aux deux autres), c'est peut-être lui.
    Pour le moment il y a Alain qui s'est manifesté par mail et toi. Comme vous n'avez pas de blog je vous laisserai le mien pour vous exprimer. Attendons voir, il y aura peut-être d'autres volontaires...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").