La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 14 juin 2012

Une femme qui tient lorsqu’un homme lâche ne saurait être que haïssable.


Claude Pujade-Renaud, La Nuit la neige, Arles, Actes Sud, 1996.

Un roman qui s’inscrit dans la lignée du Désert de la grâce. L’auteur porte son intérêt sur la même période historique (l’Europe de la fin du règne de Louis XIV à la Régence) et fait encore une fois les paroles de femmes s’entrecroiser au fil des années.

Au début du roman, la princesse des Ursins, camerara mayor de la cour d’Espagne, femme politique et aventurière tout à la fois, est en exil à Gênes. Elle revient sur son éviction, une nuit d’hiver en Castille, chassée du pays par la nouvelle reine…
C’est que nous sommes en une période complexe. Philippe V est sur le trône d’Espagne, un roi français, petit-fils de Louis XIV. Il reçoit en 1701 comme 1e épouse Marie-Louise-Gabrielle de Savoie, amenée à Madrid à 13 ans par la princesse des Ursins qui a reçu comme consigne de veiller à la paix entre la France et l’Espagne et qui aura la haute main sur toutes les affaires espagnoles. Philippe V est un roi mélancolique, à la raison vacillante, rongé par la culpabilité catholique. Pendant des années, la princesse espionne et gouverne, s’occupe des naissances et du couple royal, essaie en vain de s’attaquer à l’Inquisition. Puis la reine meurt ; après la période de deuil obligatoire, il faut à nouveau fournir une épouse au roi. C’est une époque où les filles sont amenées, transportées, échangées, comme du bétail, au gré des alliances et des politiques, faisant leur devoir de reine. Arrive alors la seconde épouse, Élisabeth Farnèse, qui destitue la princesse des Ursins. Et le roman commence…

Madrid, monastère de Las Descalzas Reales, image M&M.

Les voix s’entrecroisent, celle de la princesse des Ursins et de sa camériste, de la seconde reine d’Espagne, venue d’Italie, de sa fille, échangée contre une princesse française, des nourrices… Un seul homme, un roturier devenu cardinal, dans cet univers de femmes. Monologues et souvenirs, elles sont lucides sur leur sort et leur époque.
Le décor : les souvenirs d’Italie parsèment le roman mais c’est le sombre palais de l'Escorial avec son Pourrissoir qui est omniprésent. Et la neige. Le carrosse qui emporte la princesse des Ursins hors d’Espagne roule dans la neige et semble ne jamais devoir s’arrêter. Il entraîne avec lui toutes les voitures trimballant les futures reines qui quittent leur pays natal et traversent les Pyrénées.
J’ai beaucoup aimé ce roman, très brillant dans sa construction, très documenté sur le plan historique. Pujade-Renaud a comme toujours une langue sensible qui donne toute sa place à des femmes intelligentes, actives dans un monde d’hommes, habiles en politique, taisant leurs sentiments, résistant à la solitude.

Certes, je m’en souviens de ce pas de Roncevaux. De ce passage. La date m’est restée : 9 décembre 1714. Dans ma chaise à porteurs, je serre les dents. Nous nous sommes mis en branle un peu tard et bientôt la nuit tombe. Juste la lueur vague de la neige, je devine que nous pénétrons dans une vallée très étroite. Elle se referme sur moi tel un étau. Le froid également. À intervalles réguliers sont plantées des torches résineuses. Superbes ces flambeaux sur ce blanc scintillant. Mais ils ne me réchauffent guère. À leur pied la neige fond et m’évoque la cire des cierges lorsqu’elle devient liquide autour de la mèche.

Merci Sylvie pour ce prêt. Il y a aussi un billet sur Celles qui savaient. Lire aussi l'avis d'EmiLie et de Keisha.


9 commentaires:

  1. J'aime beaucoup cette présentation, je n'ai plus grand chose en stock côté historique, je crois que celui là va être programmé cet été, merci!

    RépondreSupprimer
  2. Alors je te conseille aussi Le Désert de la grâce (également un billet sur mon blog), qui est très bon.

    RépondreSupprimer
  3. Très beau livre, ce voyage sombre à travers la nuit et les souvenirs

    RépondreSupprimer
  4. Alex : après avoir vu ton commentaire, je suis allée sur ton blog et j'ai vu ça, oui !
    Totalement d'accord, Eva.

    RépondreSupprimer
  5. Ayant beaucoup apprécié Les femmes du braconnier de cet auteur, j'ai très envie de lire ce roman :)

    RépondreSupprimer
  6. Je t'encourage ! je ne peux pas te le prêter, il n'est pas à moi.

    RépondreSupprimer
  7. Effectivement ce roman m'a l'air très intéressant, je le note !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. L'écriture est plus rude que chez Chandernagor, mais si on aime cet écrivain, ce roman est très bon.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").