La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 5 avril 2013

Je ne dois pas exposer une mémoire qui m’est sainte aux jugements rogues qui font partie du droit qu’on acquiert sur un livre en l’achetant.


Ernst Renan, Souvenirs d’enfance et de jeunesse, publication en feuilleton dans La Revue des Deux-Mondes, en livre en 1883. Lu en Folio.

Le premier ouvrage de Renan que je lis. Je suis très intéressée par ce bonhomme ! Renan conte ici son enfance en Bretagne, avec l’éducation donnée par les moines d’un petit couvent. Destiné presque naturellement à la cléricature, il continue ses études dans divers séminaires parisiens avant de quitter la soutane. Le livre s’arrête à ses premiers pas dans le monde, allant ainsi jusqu’à cette jeunesse attardée.
La vision de la Bretagne (raison pour laquelle j’ai lu le livre) est très belle. C’est l’écho d’un monde disparu avec tous ces petits couvents, ces gens parlant breton, ce pays où la mémoire violente de la Révolution est toute proche. Par ailleurs, nous ne sommes pas dans les Chouans de Balzac et son romantisme, donc il y a peu de place au pittoresque breton.
Phénomène curieux : Renan a des préoccupations très éloignées des miennes mais il s’exprime dans une très belle langue et avec beaucoup d’humanisme, ce qui finalement rend le texte très intéressant et riche. Les termes sont choisis avec soin, et on sent de la retenue pour parler de soi. Je devine toute proche la langue du XVIIe siècle, les alexandrins venant naturellement sous la prose.


Les Hommes d'Aujourd'hui : Ernest Renan
par Cohl Emile, musée d'Orsay, image RMN
Autre interrogation : Renan est contemporain de Flaubert (2 ans les séparent) mais les différences d’éducation et de culture sautent aux yeux. Sont-ils vraiment de la même génération ? Je n’ai pu m’empêcher de penser à George Sand, qui est née presque 20 ans avant Renan, qui s’est beaucoup intéressée à la question de l’éducation et qui connaît bien la campagne mais qui est pleinement inscrite dans la modernité. Renan semble parler depuis une époque bien plus ancienne alors que ses autres écrits le campent bien dans son siècle. Il fait pourtant une fine allusion à Madame Bovary, ce qui montre son estime pour Flaubert. J’aime toujours remarquer que cohabitent ainsi des gens ancrés dans des mondes très différents.

Les dieux passent comme les hommes, et il ne serait pas bon qu’ils fussent éternels. La foi qu’on a eue ne doit jamais être une chaîne. On est quitte envers elle quand on l’a soigneusement roulée dans le linceul de pourpre où dorment les dieux morts.

La petite difficulté de ce livre, ne le cachons pas, est dans le détail des enseignements des différents séminaires. Ce sont des passages ardus mais où Renan montre sa grande attention aux êtres humains, en l’occurrence aux caractères de ses professeurs.
Je note son admiration sans borne pour le Parthénon athénien, comme une révélation.

LCA avec Claudia Lucia pour son challenge breton. Son avis.



  


2 commentaires:

  1. Je viens de lire ton billet sur Renan, un avis que je partage. Des passages longs, parfois ennuyeux mais beaucoup d'idées intéressantes. Je me sens à la fois très loin de ses préoccupations mais en même temps il m'intéresse sur des sujets qui, à priori ne devraient pas me toucher. La phrase que tu cites sur les dieux morts est vraiment très belle. J'ai terminé ma lecture; je publierai mon billet Lundi.

    RépondreSupprimer
  2. J'ai hâte de lire ton avis alors ! C'est un auteur très intéressant en dépit de la distance qui nous sépare de lui.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").