La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 31 mai 2013

On ne parle que de kimonos dans les salons.


Nancy Peña, Le Chat du kimono, La boîte à bulles, 2007.

Un livre découvert aux Quais du Polar de Lyon, une pépite !
Il s’agit d’une très belle bande dessinée qui commence comme un conte japonais : on est au XIXe siècle, et un drame se joue dans une filature de kimono. Un chat échappe aux motifs d’un kimono, il s’enfuit et essaie ensuite de revenir vers le vêtement qui l’a engendré. Mais le kimono a été acheté par une belle londonienne… Le chat voyage de carpe en carpe ou dans les bateaux, on ne sait pas très bien et parvient à Londres pour essayer de retrouver son kimono… on croise dans l’histoire Alice (qui mange d’étranges champignons), un chat au sourire bizarre, Sherlock Holmes et Watson… le tout avec beaucoup d’humour.

Le graphisme est magnifique, œuvre d’art en soi. Les motifs de kimono mettent l’accent sur la magie. Les autres planches montrent un Londres plus sordide. Peña utilise des motifs de pochoirs ou de gravures sur bois – avec lesquels sont fabriqués les papiers japonais et les kimonos. L’album est poétique, élégant, mystérieux. Il joue du mystère de l’Orient, de la fascination pour les motifs compliqués des kimonos, met en scène un marin de l’empire britannique et son amour impossible pour les belles inconnues alors que  le chat est un animal bondissant et détenteur d’un long savoir. Mais le matou canaille de Toulouse-Lautrec croise aussi le pinceau du minet bourgeois de Bonnard…


Il y a deux autres volumes, j’ai hâte de les lire.



7 commentaires:

  1. ns en avons deux à la bib que j'avais achetés! bises

    RépondreSupprimer
  2. C'est une lecture qui me plairait beaucoup.

    RépondreSupprimer
  3. Elle est magnifique, vraiment, le graphisme est plein d'invention et le ton est plein de poésie, elle vous plairait beaucoup !

    RépondreSupprimer
  4. Marie : c'est déjà ça, il faut ensuite qu'il entre dans la PAL puis le lire... tout un parcours !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").