La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 2 juin 2013

Humeur turinoise


Pour clore ce petit tour d’Italie
Le retour s’est fait progressivement, entrecoupé par les siestes de Moustachu dans la caravane. Nous sommes passés par Turin, une ville où j’ai des amis que nous avons revus avec plaisir.
On aime beaucoup Turin : une ancienne capitale, avec son habillage d’arcades monumentales qui lui donne son allure (mais il faisait nuit, alors pas de photo). Et puis c’est une ville du Nord (pas très loin de l’Autriche) : les cafés, les passages couverts, le chocolat (chaud ou froid). Il y a des musées pour tous les goûts : égyptologie, églises, art contemporain, architecture, cinéma… On y retournera !



La coupole de l'église San Lorenzo où Guarini a fait
des voûtes de folie. Ah le XVIIIe siècle !

Nous sommes revenus par les Alpes et Briançon, les marmottes étaient à la frontière pour nous accueillir (je vous jure !). 



Bientôt, je vous parle de bouffe et de peinture (on ne se refait pas).

4 commentaires:

  1. Et puis outre Stendhal, il faut lire "la femme du dimanche " des écrivains duettistes Fruttero et Luccentini. je crois bien que l'un des deux travaillait comme cadre à la Fiat . Ils résidaient loin l'un de l'autre et s'envoyaient les chapitres pour continuer l'histoire . Enfin c'est ce qui se raconte. L'intrigue se passe à Turin et dans les coins de Turin pour familiers.

    RépondreSupprimer
  2. Et voilà la fin de ce beau voyage qui me rappelle chaque fois que c'est un coin de l'Italie que je DOIS découvrir!

    RépondreSupprimer
  3. Merci Ysa, je ne connaissais pas ce duo d'écrivains mais je note naturellement.
    Claudia : et oui, il y a tellement de beaux coins d'Italie et de partout à découvrir...

    RépondreSupprimer
  4. Des pâtes ? Oui... ça fait longtemps que tu n'as pas offert de billet à mon challenge.
    La coupole est belle !!!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").