La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 25 mai 2014

Humeur pochée



 Il y a un moment, Moustachu m’a offert un livre de cuisine un peu particulier.
Takuhi Tovmasyan raconte les recettes de sa famille, celles que faisaient les mères, les tantes, les grands-mères et même quelquefois les hommes dans une petite ville de Turquie, dans une famille arménienne.

Je ne sais jusqu’à quel point ces mets sont arméniens, turcs, albanais, circassiens, patriotes ou gitans. Mais je sais que les ai appris de mes yayas, c’est-à-dire de mes grands-mères de Tchorlou : Akabi et Takouhi. Ce livre leur est dédié.

La communauté arménienne de Turquie a disparu. Le livre contient de nombreuses photos de famille. Il n’y a pas que les recettes, mais toute l’histoire d’un lieu et d’une époque. Elle raconte les personnes, la ville, les fêtes, les anecdotes familiales, les souvenirs… C'est un ton doux et nostalgique à la fois.

D’un point de vue de cuisinière, toutes les recettes ne sont pas évidentes, notamment parce que certains ingrédients sont peu accessibles (foie d’agneau, rates de mouton…). Mais je vous en reparlerai sûrement !


Aujourd'hui, une recette réalisée par oncle Partoukh.

Les gourmandises 8/20 : Tchilbir (œufs pochés)

Pour deux personnes
4 œufs
cinq à six cuillères de yaourt
3 à 5 gousses d’ail
une cuillère à soupe de beurre
sel, menthe sèche
piment de Cayenne

« C’était un de ces jours où ma tante était absente, nous avons relevé nos manches pour attaquer un tchilbir. Mon oncle était le chef, et moi le marmiton. On a aligné le matériel sur le plan de travail. Après avoir nettoyé trois ou quatre gousses d’ail, on les a pilées avec un peu de sel dans le mortier, puis on les a mélangées avec cinq ou six cuillères à soupe de yaourt. On a versé ce yaourt à l’ail dans une grande assiette creuse. Pendant ce temps l’eau avait commencé à bouillir dans la casserole, on y a cassé les œufs, c’était le meilleur moment, les œufs ressemblaient à des méduses, une fois plongés dans l’eau bouillante. En une à deux minutes, ils perdaient leur transparence et devenaient tout blancs, le jaune disparaissait.
Avec mon oncle, nous avons retiré les œufs cuits à l’aide d’une écumoire et les avons disposés sur le yaourt à l’ail servi dans une assiette. On a fait fondre une cuillère à soupe de beurre dans une petite poêle, lorsque le beurre a été clarifié, on l’a versé sur les œufs couchés sur le yaourt, saupoudré de menthe sèche et de piment de Cayenne. La vue de ce plat était merveilleuse. La nuit tombait, et on est allés sur le balcon avec nos œufs pochés. »

Photo avec moins d’ail et plus de yaourt. 
Une entrée très sympa.
 Takuhi Toovmasyan, Mémoires culinaires du Bosphore, éditions Parenthèse, édité en 2004 à Istanbul, en 2012 en France. Traduit du turc par Haldun Bayri.

Des femmes écrivains.


13 commentaires:

  1. Hop ! je prends lien et recette ! Je vais la faire cette semaine. J'aime les œufs et avec de la menthe, du poivre et un yaourt... mmmm...
    C'est un beau billet.

    RépondreSupprimer
  2. Très simple, très bon. Mais je vous parlerai d'autres recettes, promis !

    RépondreSupprimer
  3. En matière de cuisine, je préfère que ça tombe tout prêt dans mon assiette : il m'est impossible de manipuler du foie d'agneau ou de la rate de mouton (même pas du blanc de poulet !).

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'aime cuisiner mais il va se passer un moment avant de me lancer dans des rates ou autres trucs !

      Supprimer
  4. Moi j'ai opté pour l'oeuf cocotte !
    Mais j'aime vraiment les oeufs pochés, et ta recette à l'air délicieuse !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est très bon - la moitié d'un yaourt suffit amplement d'ailleurs.

      Supprimer
  5. J'ai testé aussi les oeufs pochés hier et ceux-ci me semblent simples et bons, j'ai bien aimé aussi le texte qui va avec ! Bises de Sandrion

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. C'est un très joli livre, même si j'ai testé trop peu de recettes.

      Supprimer
  6. Une recette qui me semble très intéressante... Il faut simplement que j'ai un peu plus de courage pour cuisiner.

    RépondreSupprimer
  7. ooh, merci, je vais essayer, ça changera de la recette française au vin

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi aussi j'ai profité du week-end pour repérer une bonne recette alléchante.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").