Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

vendredi 21 août 2015

J’aime à m’inoculer de bizarres musiques.

Je voyage. Je suis au Québec (c'est trop la fête !). Je vous laisse donc avec de la poésie québécoise.

Émile Nelligan, Poésies complètes. 1879-1941

Déraison (se savoir poète)

Or, j’ai la vision d’ombres sanguinolentes
Et de chevaux fougueux piaffants,
Et c’est comme des cris de gueux, hoquets d’enfants,
Râles d’expirations lentes.

D’où me viennent, dis-moi, tous ces ouragans rauques,
Rages de fifre ou de tambour ?
On dirait des dragons en galopade au bourg,

Avec des casques flambant glauques…



4 commentaires:

  1. Et tu as bien de la chance d'être au Québec !

    RépondreSupprimer
  2. Réponses
    1. En vrai je n'ai pas été si fan que ça de sa poésie, mais j'ai retenu quelques textes.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").