La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 13 novembre 2015

J’vas peut-être me sentir coupable plus tard, mais là, j’vous dis que j’ai du fun rare !

Michel Tremblay, Thérèse et Pierrette à l’école des Saints-Anges, tome 2 des Chroniques du Plateau Mont-Royal, 1980.

Mes souvenirs du premier tome étaient un peu lointains et flous, mais qu’importe ! Le point de vue est ici un peu différent puisque nous suivons principalement trois petites filles qui fréquentent l’école des Saints-Anges, qui sont très occupées à quelques jours de la procession de la Fête-Dieu. Nous plongeons ainsi dans l’intérieur d’une école de bonnes sœurs, avec sa directrice dictatoriale, son excellente prof de calcul, ses haines recuites, ses solidarités silencieuses. Tous ces adultes n’aiment pas forcément les enfants et se soucient plus ou moins de la foi. Le ton de Tremblay est à la fois moqueur et affectueux, dénonçant les travers et louant les bontés. C’est ainsi que les décors de la procession sont tour à tour d’une laideur sans nom ou d’une naïveté charmante.

Le temps était suspendu et pourtant défoncé, hachuré, troué par les notes de musique au souffle si puissant qui explosaient en bouquets odorants en vous engourdissant de joie.

Montréal, Les Chuchoteuses, sculpture de R. M. Bélanger,  rue Saint-Paul, M&M
En parallèle, nous retrouvons la famille de Victoire, Marcel et le chat Duplessis, ainsi que les dames bizarres de la maison d’à côté. C’est ici que le fantastique, que l’on devinait doucement dans le premier tome, s’affirme tranquillement dans le quotidien de certains membres de la famille.
J’ai pris plaisir à retrouver des personnages, à en découvrir d’autres. Dans cette immense pauvreté, il reste l’amitié que l’on devine durer toute la vie, la magie de la musique, des désirs mystérieux, des passions inconnues. Tremblay rend vraiment très bien toutes les facettes de la vie de quartier, de la famille et de l’école religieuse. Il n’y a aucun manichéisme et c’est vraiment plaisant d’aller d’un sentiment à un autre. La langue des dialogues est toujours aussi remarquable et se lit à haute voix.

Des détails merveilleux comme l’emploi de Ô Canada comme signaler l’arrivée des bonnes sœurs quand les élèves sont décidées à chahuter.

Comme l’avait si bien dit la grosse femme, un jour : « Si les autres veulent jouer aux pharisiens, on n’est pas obligé de faire pareil ! Quand j’me mets à genoux à l’église c’est pour prier ; mais quand j’me mets à genoux icitte c’est pour laver mes planchers ! »

L'avis de Karine.



4 commentaires:

  1. Perso je suis incapable de lire Tremblay, mais bon, c'est peut-être trop proche de moi...

    Et pour la bio de Flaubert que tu lis en ce moment, je viens tout juste de la terminer et j'ai préféré celle de Bernard Fauconnier que j'avais lue il y a quelques mois. J'ai trouvé celle de Winock beaucoup trop "froide" avec un style trop américain (avec le "factuelle" trop présent) et le trop grande nombre de citations du journal de Flaubert est par moments insupportable. Je préfère, dans la biographie, le style "romantique" d'un Zweig et celle de Victor Hugo sur Shakespeare. Cette dernière est de loin la meilleure que j'ai lu...Bref je te la conseille chaleureusement de même que le Nietzsche de Zweig.

    Salut !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. En ce qui concerne Tremblay, peut-être que tu es comme moi qui n'aime pas trop les romans qui font dans le folklore marseillais... Ceci dit, j'apprécie aussi sa capacité à camper des personnages complexes, très humains, attachants et énervants. Ce n'est pas donné à tout romancier.

      Pour Flaubert, je crains le désaccord, parce que je n'aime pas trop les biographies romantiques. Peut-être parce que je suis moi-même une ancienne universitaire et que j'ai écrit - à ma mesure - un travail de ce genre, j'apprécie les choses très factuelles, même si je reconnais que la lecture n'est pas toujours facile (à ce titre la biographie de Gautier par Guégan est particulièrement peu agréable). Mais je commence juste, donc on verra bien comment cela se passe !

      Supprimer
  2. j'ai adoré ce tome, je trouve que Tremblay tout en brossant avec tendresse le quotidien d'une famille du plateau a en même temps admirablement montré l'emprise de l'église et comment la langue peut devenir une arme et un marqueur social :-) bon j'aime Tremblay, j'avoue, j'avoue :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Tu as tout très bien expliqué en quelques mots !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").