Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

lundi 29 août 2016

Interrogez-vous, monsieur, pesez vos chances.

Georges Bernanos, Un crime, 1935.

En voilà un drôle de roman !

Dans un coin de montagne, dans la région de Grenoble, le presbytère attend son nouveau curé. La nuit tombe et le vent souffle. Il finit pourtant par arriver. Un très jeune curé. Peu avant l’aube, il entend un cri et un coup de feu, tous deux venus du « château », une grande maison où vit une veuve. Le roman commence…
Bernanos n’écrit pas un véritable roman policier. Ce qui l’intéresse, c’est l’atmosphère des lieux, de cette maison, du presbytère, de l’auberge, où se croisent l’Église et la Justice sous les tilleuls. C’est une autre époque. Les personnages et leur part d’ombre sont au centre du roman : le curé bien évidemment qui attire la sympathie de tout le monde, même s’il n’est visiblement pas comme les autres, et surtout le juge d’instruction qui, malgré la fièvre, avance vaille que vaille sa réflexion. Très vite, la personnalité de la victime et les conditions du crime semblent s’effacer dans un brouillard confus au profit du secret que dit détenir le curé. Chacun s’interroge sur la nature de la vérité, sur la façon d’y parvenir, sur l’importance de la raison et des intuitions.
Chabaud, Route de Frigolet dans la montagne, Musée Ziem de Martigues, M&M
J’ai dévoré ce roman trop vite, portée par l’atmosphère. Mais j’aime trop les romans policiers pour l’avoir pleinement apprécié : si j’ai saisi les grandes lignes de l’intrigue, j’ai dû farfouiller sur internet pour comprendre certains détails. C’est dommage, même si je vois bien que Bernanos a choisi l’art de l’allusion, de l’esquive, du secret, du mensonge et préfère en dire le moins possible. Je le relirai sans doute pour prendre le temps de saisir les mots à double sens…

Encore s’il lui eût parlé en maître, aurait-elle retrouvé, peut-être, assez de volonté pour discuter ; mais il n’essayait même pas de la rassurer, soit que l’idée qu’on pût refuser secours à un être humain en détresse ne lui vînt même pas, soit qu’il fût résolu par avance à ne rien demander qui dépassât l’énergie et les forces de la vieille servante.

L’avis de DominiqueDestination PAL  – La liste des lectures de l’été.




4 commentaires:

  1. j'ai bien aimé ce livre mais effectivement le fait de le classer en polar lui fait perdre de l'intérêt car l'énigme est ici très secondaire

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui et si on aime vraiment les énigmes, on est forcément déçu, alors que les personnages sont vraiment intéressants.

      Supprimer
  2. Je note ce titre mais j'en ai déjà deux à lire dans ma PAL et je vais bientôt les commencer.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai lu le Journal d'un curé de campagne il y a longtemps, c'est le même genre de personnage principal.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").