Le vent se lève ! . . . il faut tenter de vivre !
L'air immense ouvre et referme mon livre,
La vague en poudre ose jaillir des rocs !
Envolez-vous, pages tout éblouies !

Paul Valéry

lundi 14 novembre 2016

Rongeuse de balustres !

Deux pièces de théâtre québécoises qui abordent le sujet des conséquences de l’engagement militaire des hommes sur la société québécoise et les transformations du mode de vie des familles. Elles sont également toutes les deux ancrées dans un milieu populaire, ouvrier, et font entrer le peuple d'aujourd'hui (à leur époque d'écriture) sur la scène théâtrale. Leur langage est particulièrement savoureux à nos oreilles.

Marcel Dubé, Un simple soldat, pièce conçue pour Radio Canada en 1957.

Nous suivons une modeste famille de Montréal au fil des années. C’est l’histoire de Joseph, le fils bon à rien qui aurait voulu s’engager dans l’armée – mais hélas la paix (celle de 1945) vient d’être signée – et qui revient parmi une famille qui ne veut pas de lui. C’est un rebelle, qui a soif d’aventures et qui n’a aucune envie de prendre le traintrain quotidien. Le père usé par le travail est indulgent pour la folie de son fils, mais la belle-mère est plus terre à terre. Les différents enfants hésitent quant au chemin à suivre, entre le travail, le mariage, les chagrins divers. La famille va peu à peu se déliter tandis que le joyeux et égoïste Joseph erre de lieu en lieu, chassé par les uns et les autres, ceux qui se réclament d’une vie réaliste et sans bonheur et qui ne savent pas quoi faire des héros de guerre avortés.

C’était à l’origine une pièce radiophonique, elle contient donc de très nombreuses chansons.

Enlève ta vareuse, remonte tes manches de chemise, fais quelque chose !... Toi, t’es jeune, ta vie commence… moi, je la recommencerai plus jamais.
 
Photo prise à Fort Péninsule en Gaspésie. Installation destinée à protéger
le Saint-Laurent contre les incursions allemandes.


Gratien Gélinas, Tit-Coq, 1948, pièce de théâtre.

Tit-Coq est un soldat, lui aussi pendant la Seconde guerre mondiale. Il est orphelin, enfant de la charité, et quand il rencontre Marie-Ange, il tombe immédiatement amoureux, d’elle, mais aussi de toute sa famille. C’est enfin la perspective de rompre la chaîne de la solitude, de faire naître un enfant au milieu des parents et grands-parents. Hélas ! La guerre éloigne les êtres, même ceux qui s’aiment.
C’est une pièce très touchante, qui n’a pas tellement vieilli. Tit-Coq est un personnage attachant, qui décrit parfaitement sa solitude et sa vie sans famille, dans un monde où la cellule familiale reste l’unité de base de la société. Les portraits des femmes sont également réussis, sommées d’être vierges, fidèles, mariées et sages, obéissantes à la volonté des pères, frères et maris.

Là-dessus, on va passer manger. Si tu te gênes à table, tu vas repartir maigri ; mais si tu n’attends pas qu’on t’en offre, tu vas prendre du ventre. La mère Desilets, c’est pas elle qui a inventé le téléphone, mais, pour la mangeaille, elle est dépareillée.


Lire au Québec. Merci Sylvie pour ces lectures ! Bon pour Québec en Novembre avec Karine.


7 commentaires:

  1. Il te reste encore des lectures québécoises? Je recommence à ramasser?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai encore du stock, ne t'inquiète pas. Je n'avance pas très vite.

      Supprimer
  2. J'aime le théatre québécois mais je n'ai pas encore lu ces deux auteurs :-)

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Apparemment, ces pièces sont des standards (mais avant qu'une Québécoise ne me les mette dans les mains je n'en avais jamais entendu parler).

      Supprimer
  3. Je ne connais pas du tout le théâtre québécois. Je note pour découvrir.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").