La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 29 mai 2017

Le matin est une saignée pour l’humanité.

Jaume Cabré, Sa Seigneurie, traduit du catalan par Bernard Lesfargues, parution originale 1991.

Une intrigue dans la Barcelone de 1799.

Que nous sommes loin de Confiteor… Nous voici en novembre et décembre 1799 à Barcelone, dominé par les Castillans (si vous avez suivi Victus), mais son élite ne pense que sexe, pouvoir, sexe, argent, sexe. Une diva française est horriblement assassinée et un pauvre poète bien vite emprisonné. C’est que le personnage principal, don Rafel, Sa Seigneurie, régent civil de Barcelone, y a intérêt, mais l’on comprendra progressivement pourquoi.

À coup sûr, des personnes présentes dans ce cercle, don Rafel était le plus envié, le plus haï et le plus craint parce qu’il était influent, inflexible et corrompu, trois qualités qui allaient normalement de pair avec la carrière de ceux qui, en ces années de grâce, tenaient le haut du pavé à Barcelone.

Le roman alterne les points de vue entre le poète, son père, son ami militaire, le régent et sa femme et quelques autres. Tous ces gens ne vivent pas dans le même monde. Entre ceux qui projettent un opéra, ceux qui s’organisent en vue du Te Deum qui doit marquer le début du nouveau siècle – qui aura le privilège de s’asseoir ? – ceux qui comptent les bonnes actions comme autant de garanties pour le Purgatoire, ceux qui lorgnent sur leur voisine, etc. Il pleut beaucoup dans ce roman et la boue envahit les rues, comme il domine déjà les cœurs des dirigeants, petits et grands, de la ville.
C’est un roman gluant. Une bonne lecture, mais triste et un peu déprimante. Un roman certainement bien documenté sur l’époque, sur les rapports hiérarchiques entre les différentes autorités de la ville, dont l’ambition est de piller les richesses, de nuire aux autres et de se maintenir dans les honneurs en cultivant son réseau d’alliance. La musique effectue de fugaces apparitions pour alléger le panorama d’ensemble. Qui est ce Van Beethoven, ce Fanbetolen, pas grand-chose certainement ? Mozart, Haydn sont là également.
Monastère de Pedralbes, un des lieux du roman. M&M
Le texte est écrit dans une langue caustique, triviale, peu amène avec ses personnages, qu’il moque en continue. C’est ainsi que nous plongeons dans un monde où l’apparence prime : un riche doit aimer les huîtres pour que l’on dise qu’il a les moyens de s’en payer, même s’il préfère le navet.

Don Rafel tenait en l’air le beignet qu’il venait de tremper.
- C’est à cause que, Votre Seigneurie – le secrétaire soufflait et ouvrait des yeux grands comme des oranges –, Votre Seigneurie… je viens de la rue et… on dit que… tout le monde dit, Votre Seigneurie…
- Diantre, que dit tout le monde ?
- Qu’on a tué la cantatrice gavache, Votre Seigneurie.
En hommage à l’importance de la nouvelle, le beignet se partagea en deux et la partie enduite de chocolat acheva sa course sur les chausses de Sa Seigneurie.






2 commentaires:

  1. Ce n'est pas vraiment un roman pour moi - pour le moment. J'ai besoin de lecture plus solaire, après un mois de mai compliqué professionnellement et un mois de juin qui le sera tout autant.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. J'ai cru comprendre en effet que tout ne se passait pas bien au boulot pour toi et le livre est décidément trop gros et trop sombre dans ce cas, même si la vision historique me semble plutôt exacte.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").