La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 27 mai 2017

Tour des prisons de Lunel

J’ai effectué un bref passage par Lunel, entre Nîmes et Montpellier, au début du mois de mai. Un centre-ville ancien, mais avec de nombreuses maisons à l'abandon ou peu entretenu, la ville ne semble guère riche. J’étais logée dans une chambre d'hôtes charmante que je vous recommande et je me suis acheté du muscat de Lunel (soutenir le commerce de proximité est un engagement de chaque jour).
Et j’ai visité la Tour des prisons. Ce bâtiment faisait partie de l'enceinte médiévale et a servi de prison pendant plusieurs siècles. Des voleurs et beaucoup de vagabonds – l'errance étant sévèrement punie pendant tout l'Ancien régime où il n'était pas bon ne pas être connu. Avec un passé religieux intéressant (Lunel était un centre de philosophie juive pendant le Moyen Âge et fit partie des villes protestantes), les prisonniers des guerres de religion ont été nombreux (en l’occurrence, plutôt des catholiques). 
Ostensoir.
Les murs sont couverts de graffiti, les plus anciens datant du XVIIe siècle et le plus récent de 1915. Certains sont gravés, d'autres incisés, les plus récents simplement écrits sur les murs. Beaucoup d'initiales, de noms, de dates, d'appels à Dieu. Des croix, des calvaires, des ostensoirs ont transformé ces cellules en lieux de prières. 

Des calvaires.

Certains témoignages sont très émouvants. Les archéologues ont recensé plus de 300 graffiti qui se superposent. Le visiteur lambda ne les verra pas tous, mais en découvre quelques-uns, dans ce qui reste une visite rare et impressionnante.



 "Je suis un gros malheureux. Toute ma vie je n'ai connu que du malheur. Je suis né le 17 septembre 1894..."



Et c'est gratuit !

Aucun commentaire:

Enregistrer un commentaire

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").