La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 14 décembre 2017

La vie, c’est quelque chose d’acharné, de furieux, et Maggie l’a dans le ventre.


Tennessee Williams, La Chatte sur un toit brûlant, texte adapté par André Obey, création 1955.

Une relecture ravie.
Cette pièce de théâtre est un huis-clos familial. C’est l’anniversaire de Grand-père sur lequel plane la menace d’un cancer foudroyant. Et il est très riche. Autour de lui, deux fils et deux brus. D’un côté un gars sérieux à cinq (bientôt six) enfants et de l’autre Margaret et Brick, qui se font la guerre. Et Brick boit, boit, boit.

Nous boirons tous les deux, dans cette chambre que la mort a traversée.

Tout t’abord, un mot sur le titre, qui est tout de même bien intriguant (sacrée trouvaille !). C’est Margaret elle-même qui se qualifie ainsi. La voici, belle, guerrière, armée de toutes ses griffes, dansant sur le toit brûlant une partie endiablée pour reconquérir son mari et ne pas laisser la fortune lui échapper. Pas question de se reposer, elle est à l’attaque. Et autour d’elle se déploie une famille qui lui est plutôt hostile dans l’ensemble.

Tu as toujours, maintenant, la voix d’une femme qui court en criant : « Au feu ! »

Difficile également de faire abstraction de l’arrière-plan social de la pièce. Nous sommes dans le Mississippi, sur une immense plantation de coton. Tous les maîtres sont blancs, tous les serviteurs sont noirs. Les hommes se doivent d’être virils et les femmes fécondes.
Je pense que j’avais été assez décontenancée à ma première lecture, car les rapports de force entre personnages peuvent être inattendus. Depuis, j’ai eu la chance d’assister à une extraordinaire représentation de Soudain l’été dernier et j’ai pris plaisir à tracer des liens entre les deux pièces. La Chatte fait la part belle aux rapports de force entre personnages : Grand-père déteste Grand-mère et son fils aîné, Grand-mère essaie d’aimer tout le monde, mais ne cache pas ses préférences, le frère et sa femme semblent odieux et parfaits – quant à Brick et Margaret… Encore une fois la sexualité, la question de la virilité, de l’homosexualité masculine, de la femme objet est au cœur des souffrances des personnages. Mais encore une fois, la vérité et la vérité au sein de la famille est le sujet principal de la pièce. Il est sans cesse question de mensonges et de dissimulations, que ce soit aux autres, ou à soi-même. Et encore une fois, on a un sacré rôle féminin. Et on retrouve les mêmes enfants pauvres qui regardent les riches.
Une pièce très réussie, même si l'intrigue est plus classique et la tension dramatique moins forte que dans Soudain, l'été dernier.

Quelle fête c’était de coucher avec toi ! Au lit aussi, ton charme était l’indifférence, un charme lent, lointain, tranquille, si naturel ! Tu faisais ça nonchalamment, avec une sorte de courtoisie : « Après vous, madame, je vous en prie !... » Quelle merveilleuse indifférence !


 Oui, parce que la dernière tirage de la pièce correspondent aux paroles dites par Nathalie Baye avant la chanson.





7 commentaires:

  1. Un auteur que je ne connais pas encore, mais j'ai déniché cette année en bouquinerie une compilation de ses pièces et romans (dans la collection Bouquins de chez Robert Laffont), aussi je compte bien réparer cette lacune, et ne pas limiter ma connaissance de ce titre notamment par son interprétation par Brando et Taylor !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oups, je voulais Newman, bien sûr... !

      Supprimer
    2. Sur la couverture de l’édition 10/18 Newman a vraiment un air à la Brando !

      Supprimer
  2. Je relis depuis peu du théâtre et, misère, je n'ai encore jamais lu Tenessee Williams. Peut-être commencer par un roman ?

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il est surtout connu pour ses pièces de théâtre, mais d’après Wikipedia il a écrit deux romans.

      Supprimer
  3. C'est une magnifique pièce et j'avais adoré le film avec Paul Newman et Elizabeth Taylor (même s'il met de côté l'homosexualité, qui est la clé de tout). J'aime beaucoup cet auteur (j'avais aussi été glacée par "Soudain, l'été dernier".

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.