La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 16 décembre 2017

Eltham Palace

Aujourd’hui nous partons en visite à Eltham Palace – ce n’est pas très loin de Londres.

Au départ, un bâtiment médiéval, utilisé au fil du temps comme résidence royale (Henri VIII y a joué enfant). Les siècles passent et nous voici au XIXe siècle. Les murs tombent en ruines, cela a un certain charme pittoresque.
1933 : un couple richissime, Stephen et Virginia Courtauld (Stephen est le frère du fondateur du Courtauld Institue of Art) s’entichent du lieu. Ils restaurent les vieilles pierres, selon l’idée qu’ils se font du gothique anglais et ajoutent une aile pour y aménager leur demeure. De l’extérieur on dira que la maison ressemble à une manufacture de tabac (je pense que ce critique était de mauvaise foi). À l’intérieur… et bien, tout est art déco. Et tout est en état !
Alors je vous préviens, c’est magnifique ! Tout est conservé soit d’époque, soit à l’identique. Sols, murs, mobiliers, bibelots, décors… on est dans un grand paquebot de luxe.

D’abord le grand hall, restauré à la manière gothique, tel qu’il s’en trouve dans de nombreux châteaux anglais. Ici les Courtauld organisaient des fêtes – Viendrez-vous à notre party ? Une estrade permet d’accueillir les musiciens. Elle est meublée avec la collection de meubles anciens de monsieur, qui aurait un peu déparé dans le reste de la demeure.


Le hall d’entrée que l’on ne se lasse pas de photographier. Créé par le designer suédois Rolf Engströmer. La lumière tombe du dôme. Une pièce à l'arrière permettait, lors des soirées, d'organiser le bar. Sorte de cuisine d'appoint pour grandes réceptions ! Un recoin cache également un téléphone.
Les murs du hall sont ornés de marqueterie. On y voit les endroits où les Courtauld se sont rendus en vacances et qu'ils ont a-do-rés. Vous aussi vous imprimez vos photos de vacances pour décorer la maison ?

La chambre de madame.
Et la chambre de bain de madame.

Chambre de monsieur. Le poêle est intégré, comme tous les poêles de la maison. Le papier peint représente des vues de Kew Gardens (d'ailleurs les Courtauld étaient amis avec le directeur de Kews). 
Salle de bain de monsieur.

Il y avait aussi des chambres pour les amis, comme ici (notez que les boiseries murales intègrent le bureau et le poêle), et pour les neveux, chacune avec leur salle de bain, l'une d'elle est même équipée d'une douche, ce qui était très rare à l'époque.

La bonne n’avait pas besoin de trimbaler son aspirateur. La maison est équipée d’un système d’aspiration centralisé : il suffit de brancher le tuyau et hop, c’est parti pour le ménage !



Le bureau de monsieur. Pendule encastrée dans le mur (et toutes les pendules encastrées de la maison sont coordonnées ! Pas question que telle pièce avance de 5 minutes sur telle autre). De façon générale, vous voyez que tout est encastré et intégré de façon très élégante.


Le boudoir de madame. Oui, le canapé est lui aussi intégré dans la bibliothèque.


Boudoir de madame, toujours. Une porte permet de communiquer avec le bureau de monsieur. Et la marqueterie au-dessus de la cheminée représente une carte de la région. En haut, en blanc, c'est la Tamise. On y voit les monuments de Greenwich et Eltham. Et une pendule encastrée !




La salle à manger. Cheminée encastrée, lumières également dissimulées et marqueterie sur les portes.



Vous voulez y aller ? Prenez le train à la gare de London Bridge et descendez à Mottingham (20 minutes de trajet environ). En sortant de la gare, gagnez la grand route, tournez à gauche et c’est à cinq minutes.
Vous êtes arrivé au bout de ce billet bien trop long ? Je vous dis bravo !


4 commentaires:

  1. Il manque un petit truc pour que je trouve la demeure "plaisante"... Hum... Alors, je note, je tourne à gauche après la grand route.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Ses heureux propriétaires sont morts depuis longtemps, ainsi que leur lémur catta de compagnie, mais la demeure reste très vivante malgré tout ! Même si c'est un peu rangé.

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.