La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 9 mars 2018

Je me suis trop ennuyée sur la terre pour vouloir y rester en peinture.

Honoré de Balzac, La Rabouilleuse ou Un ménage de garçon, 1842.

Un petit roman très (trop ?) riche.
Au cours d’une première partie, nous suivons Agathe, née à Issoudun, spoliée de son héritage par son père et son frère, partie vivre à Paris, épouse d’un honnête fonctionnaire de Napoléon. Agathe Bridau a deux fils : le beau Philippe, soldat de l’empereur et dépourvu de cœur, et l’honnête Joseph, qui a choisi la vie d’artiste. Après quelques années à manger de la vache enragée, la famille parisienne revient à Issoudun pour tenter de récupérer l’héritage. Las ! Le frère d’Agathe est sous la coupe de La Rabouilleuse, Flore, une magnifique jeune femme qui, elle aussi aimerait bien récupérer l’argent.

On ne dîne pas aussi luxueusement en province qu’à Paris, mais on y dîne mieux ; les plats y sont médités, étudiés. Au fond des provinces, il existe des Carêmes en jupon, génies ignorés, qui savent rendre un simple plat de haricots digne du hochement de tête par lequel Rossini accueille une chose parfaitement réussie.

Le sujet de ce roman n’est pas très bien défini (et vu l’hésitation entre les titres et le contenu de la dédicace, Balzac lui-même n’était pas très fixé) et l’intérêt du récit passe d’un personnage à un autre. La scène d’exposition est un peu complexe et je n’ai pas compris qui était l’enfant naturel de qui. Toutefois ce grand nombre de personnages constitue aussi une richesse. Nous avons d’abord une évocation réussie de la difficile reconversion des soldats de Napoléon, certains d’entre eux nourrissant un climat de violence et de complot pendant des années. Il y a ensuite le récit de l’enfance de Joseph Bridau, le peintre génial de La Comédie humaine, l’artiste romantique qui reste incompris du public et qui apparaît comme un martyr au milieu de la foule. Il faut dire que pour ces bourgeois de province, peintre ou brigand, la différence est mince : l’artiste est une bête féroce. Il y a également la belle Rabouilleuse qui met la main sur un bonhomme comme sur une écrevisse. Et aussi une évocation des bureaux de loterie. Et ce que j’ai préféré : l’intrigue d’Issoudun et les manœuvres entre militaires et vieil avare pour récupérer le magot. Ce passage est construit avec un vrai sens du suspense tout à fait réussi !

La vocation est plus forte que tous les obstacles par lesquels on s’oppose à ses effets ! La vocation, le mot veut dire l’appel, eh ! c’est l’élection par Dieu !
Bazille, Étude de nu, 1864, Montpellier, Musée Fabre
(on comprend que la prude Agathe se soit effrayée qu'un de ses fils devienne peintre).

Enfin, le roman prend place dans l’économie de La Comédie humaine, car nous croisons Pierre Grassou, mais aussi Un début dans la vie et Les Employés et même la maison Nucingen. De plus, il s’agit du cœur même de l’œuvre de Balzac : raconter les crimes impunis qui surviennent le plus légalement du monde au sein des familles. Philippe Bridau est un bel assassin.
Il est fait allusion à un sous-marin qui pourrait délivrer Napoléon de Sainte-Hélène comme dans le roman de Danrit.

La vocation est plus forte que tous les obstacles par lesquels on s’oppose à ses effets ! La vocation, le mot veut dire l’appel, eh ! c’est l’élection par Dieu !

La mère, frappée au cœur, revint entièrement changée. Aussi blanche que la percale de sa chemise, elle marchait comme on se figure que doivent marcher les spectres, sans bruit, lentement et par l’effet d’une puissance surhumaine et cependant presque mécanique. Elle tenait un bougeoir à la main qui l’éclairait en plein et montra ses yeux fixés d’horreur. Sans qu’elle le sût, ses cheveux s’étaient éparpillés par un mouvement de ses mains sur son front ; et cette circonstance la rendait si belle d’horreur, que Joseph resta cloué par l’apparition de ce remords, par la vision de cette statue de l’Épouvante et du Désespoir.



5 commentaires:

  1. Après une passage à Issoudun, une autre blogueuse et moi avons eu une lecture commune La rabouilleuse (faut pas grand chose ^_^) et ma foi, un Balzac, c'est souvent bien plaisant à lire!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Du coup, toi, tu sais où se trouve Issoudun... (non parce que vu d'ici... pfiouuu).

      Supprimer
  2. Et puis le restaurant La Cognette existe toujours (pas trop dans mes prix)

    RépondreSupprimer
  3. j'aurais juré l'avoir lu mai à te lire je doute fortement
    je l'ajoute à ma liste Balzacienne du moment

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Il existe sous différents titres. Balzac a failli l'appeler Les deux frères, je crois. Mais effectivement j'aurais juré que tu l'avais lu !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.