La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 31 janvier 2011

Après le dîner, il allait prendre un second bain, cette fois en compagnie de Mozart.

Alan Bennett, La Mise à nu des époux Ransome

Un petit roman à l’humour british pour se détendre… L’argument repose sur trois fois rien : un soir que les époux Ransome reviennent de l’opéra, ils trouvent leur appartement vide. Pas cambriolés : on a tout emporté. Tout : les meubles et leurs contenus, les ampoules, le papier toilette, les tableaux aux murs, le téléphone… Le rigide M. Ransome veut tout reconstituer à l’identique et retrouver une vie N.O.R.M.A.L.E. Rosemary fait connaissance avec le soutien psychologique de la police anglaise (portrait très, très réussi), avec l’épicerie arabe du quartier, avec les meubles d’occasion, avec le petit déjeuner du pub, etc. et s’adapte à sa nouvelle vie, bien plus intéressante que l’ancienne ! À la fin, tout sera expliqué presque rationnellement. En attendant, on aura bien ri.

-       Le cadre était très différent, avant ? demanda-t-elle.
-       Oh oui, dit Mrs Ransome. Nous avions beaucoup plus d’affaires. C’était une maison normale.
-       Je sais que vous êtes en souffrance, dit Dutsy.
-       En souffrance ? dit Mrs Ransome.
-       En souffrance, répéta Dutsy.
Considérant la question, Mrs Ransome se demanda si son stoïcisme relevait uniquement de la grammaire.
-       Oh, vous voulez dire : que je souffre ? Ma foi, oui et non. Je suppose que je me suis habituée à la situation.
-       Ne vous y habituez pas trop vite, dit Dutsy. Laissez à votre chagrin le temps de s’exprimer. Vous avez pleuré, au moins ?

Vous avez peut-être lu de Bennett La Reine des lectrices qui a la Queen pour héroïne.

Alan Bennett, La Mise à nu des époux Ransome, traduit de l’anglais par Pierre Ménard, Paris, Denoël, 1999 (titre original The Clothes They Stood Up In en 1998).

3 commentaires:

  1. je n'ai pas lu celui là mais je m'étais bien amusée avec le précédent, du coup j'hésitais de peur d'être déçue

    RépondreSupprimer
  2. C'est un petit livre, à la fois simple et cruel. J'imagine que cela peut laisser de glace certaines personnes mais moi j'ai apprécié tous les petits détails (description des meubles, des magasins, le choix méticuleux de vocabulaire pour M. Ransome et l'habitude qu'a sa femme d'aller et venir entre son monde à elle et son monde à lui).

    RépondreSupprimer
  3. c'est amusant, drôle et so british... parfait pour savourer avec un thé un après-midi pluvieux...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").