La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 17 mai 2011

Elle donnait l’impression de dire la vérité, mais avec les femmes, en particulier les femmes aux yeux bleus, ça ne signifie pas toujours grand-chose.

Dashiell Hammett, Moisson rouge, traduction de l’américain par Pierre Bondil et Natalie Beunat, d’abord publié en feuilleton en 1927, 1e édition américaine 1928, Paris, Gallimard, 2009.

Authentique polar noir garanti d’époque, comme je les aime…
    Je vais essayer de faire un résumé de la chose : le narrateur est un privé qui débarque à Personville, appelé sur place par Donald Willsson, directeur du Herald. Pas de chance : son client se fait descendre avant même qu’ils puissent se rencontrer. Le détective – je viens de m’apercevoir qu’il reste anonyme – « Mon nom ne lui dira rien » – au lieu de repartir dans son agence, s’arrange pour résoudre le meurtre et déclencher une guerre des gangs pour purger la ville et remettre l’ordre entre les mains d’un politicien corrompu et briseur de grèves. Un match de boxe, une belle vénéneuse et son garde du corps drogué, des fusillades, un flic pourri, des trafics d’alcool, beaucoup d’alcool… Une écriture très sèche et précise, sans une once de psychologie, des répliques cyniques.

   J’ouvris les yeux dans la lumière terne du soleil matinal qui filtrait au travers de stores baissés.  
  J’étais allongé à plat ventre sur le sol de la salle à manger, la tête sur l’avant-bras gauche, le bras droit perpendiculaire au corps, la main crispée sur le manche rond, bleu et blanc, du pic à glace de Dinah Brand. La lame de quinze centimètres, pointue comme une aiguille, était plantée dans le sein gauche de la jeune femme.
  Elle gisait sur le dos, morte. Ses longues jambes musclées étaient orientées vers la porte de la cuisine. Son bas droit était filé sur le devant.


  Le directeur de l’hôtel arriva, replet, le visage, la voix et les gestes maîtrisés. Il n’avait pas, lui, le moins du monde les nerfs à vif. Il adopta l’attitude du fakir dont le numéro d’illusionniste rate lamentablement lors d’un spectacle de rue : « Ça alors, c’est la première fois que ça se produit, mais rien de grave, bien entendu. »
  Nous prîmes le risque de rallumer après avoir changé l’ampoule, puis nous comptâmes les impacts des balles. Dix au total.

J'adore...


Jacques Monory, Meurtre n°10/2, 1968, Paris, musée national d'Art moderne, cliché RMN.

5 commentaires:

  1. Je n'aime pas son écriture, que je trouve trop vieillotte.

    RépondreSupprimer
  2. Vieillotte ? Ce n'est pas du tout le terme qui me vient. Ça n'a pas le côté gouaille à la française, c'est beaucoup plus tenu et sec.

    RépondreSupprimer
  3. Surtout que cette traduction est totalement renouvelée, beaucoup plus sèche (et exacte !) que les anciennes, pleines de surinterprétations, de fioritures absentes du texte initial.

    RépondreSupprimer
  4. Ah si on l'a découvert dans les anciennes traductions, c'est sans doute moins bien.

    RépondreSupprimer
  5. L'exrait choisi est en tout cas fort aromatique, quant à l'écriture !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").