La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 17 juin 2011

Cette voix est douce comme le vent frais dans les ardeurs de l'été...


Girodet, L'Apothéose des héros français morts pour la patrie pendant la guerre de la Liberté dit aussi les ombres des héros français reçues par Ossian dans l'Élysée aérien, musée du Louvre

À côté d’un rocher élevé sur la montagne et sous un chêne antique, le vieux Ossian, le dernier de la race de Fingal, était assis sur la mousse ; sa barbe agitée par le vent se repliait en ondes ; triste et pensif, privé de la vue, il entendait la voix du Nord ; le chagrin se ranima dans son cœur ; il commença ainsi à se plaindre et à pleurer sur les morts.

Baron Gérard, Ossian évoque les fantôme au son de la harpe
sur les bords du Lora, 1801-1802, château de Malmaison

Il n’est pas question de traiter Ossian, vrai ou faux, par-dessus la jambe. Sa poésie a une grande influence dans toute l’Europe auprès des poètes de la fin du XVIIIe et du début XIXe siècle (Goethe, Chénier, Châteaubriand…) jusqu’à Wagner, et auprès des artistes. C'est-à-dire bien après que la supercherie est découverte. 
Ingres, Le Songe d'Ossian, vers 1812, aquarelle, mine
de plomb, musée du Louvre 

Au départ, surtout les artistes britanniques et allemands (Fuseli, Angelica Kauffmann, Turner). En France, cela se fait plus tardivement parce que les peintres néo-classiques s’abreuvent à l’histoire romaine, glorifient l’avenir et le progrès, ne sont guère tournés vers la mélancolie du passé ou le lyrisme de la nature et ont une palette claire. Il faut attendre Bonaparte, qui emportait le livre dans ses bagages lors de ses conquêtes. La Malmaison, la maison de Joséphine, accueille les peintures inspirées d'Ossian..

Ingres, Le Songe d'Ossian, 1813, HT,
Montauban, Musée Ingres

Girodet, Ossian recevant les fantômes des héros français, 1802,
 HT, Château de Malmaison 
Les images viennent de la RMN et de la WGA. Tout cela est naturellement Kiltissime, je vous parlerai bientôt des autres auteurs lus par tout le monde, vous pouvez trouver leurs billets chez Lou et Cryssilda.


5 commentaires:

  1. Merci c'est très beau ! Je me sens totalement perdue avec Ossian, va falloir que je m'y mette d'urgence ! (je n'aime pas découvrir à ce point mes lacunes!)

    RépondreSupprimer
  2. Chacune son tour... j'ai noté je ne sais combien de titres de romans cubains pendant un mois grâce à toi ! Moi je connaissais Ossian par la peinture justement, c'est pour ça que j'avais envie de le lire.

    RépondreSupprimer
  3. C'est un très beau sujet que cet Ossian ! Ah, les ouragans et les brouillards tourmentés de l'Ecosse, Ossian en emporte le vent ! :-)

    RépondreSupprimer
  4. Oh je me rends régulièrement à Rueil Malmaison, je ferai attention à ces peintures lorsque je visiterai le château (ce qui se reproduira bien un jour car c'est un projet de longue date:))

    RépondreSupprimer
  5. Grillon : moi aussi j'ai beaucoup aimé sa poésie. Beaucoup de forêts et de landes, ça fait du bien.
    Lou : Il faut que tu visites. C'est très beau, les tableaux en question sont en bas, dans le salon doré.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").