La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 3 mai 2012

Comme il est rare que les mots nous viennent en aide lorsque nous avons le plus grand besoin de leur secours !


W. Wilkie Collins, Secret absolu, traduit de l’anglais par Marie-Thérèse Carton-Oiéron, 1e éd. 1857, Paris, Phébus, 2002.

Je viens de lire mon premier Wilkie Collins, afin de participer à ma manière au Club des lectrices et j’ai beaucoup aimé.
Il s’agit d’une histoire romanesque à souhait. Au début du récit, meurt l’épouse du capitaine Treverton, riche aristocrate de Cornouailles. À son agonie, elle a le temps de dicter à sa domestique Sarah Leeson une longue lettre, révélant un Secret, que la domestique doit impérativement remettre au maître de maison. Sauf qu’à peine est morte Mrs Treverton que Sarah cache la lettre dans un coin abandonné de la demeure et s’enfuit.
15 ans plus tard, nos héros sont un couple de jeunes mariés, Rosamund Treverton, la fille du capitaine et Leonard Franckland, un jeune aveugle. Ces deux-là comprennent progressivement qu’un Secret (oui, avec majuscule) est caché dans une mystérieuse chambre aux Myrtes du château… je m’arrête là pour l’intrigue. Qui est à la fois pas totalement inattendue (vu les obsessions de la société victorienne, on n’a pas trop de souci pour deviner le problème) et très bien menée, avec des rebondissements subtils, qui retardent au maximum le dénouement sans trop d’artificialité.

J’ai surtout apprécié l’art de Collins de faire vivre des personnages originaux et attachants comme l’oncle Joseph, le régisseur (formidable portrait) ou la bonne, les médecins… les personnages secondaires sont très réussis, vraisemblables, loin d’être des marionnettes et donnent de la vie au roman. Rosamund et Leonard m’ont moins plu – j’en suis à me demander si je ne les ai pas trouvés un peu jeunes (ainsi parlait mamie Marcelle).

Timon d’Athènes, abandonnant un monde ingrat, alla se retirer au fond de quelque grotte, d’où il laissa s’exhaler sur les flots en vers magnifiques son humeur atrabilaire, et savoura l’immense honneur d’être salué de « seigneur ». Timon de Londres s’isola de l’espèce humaine en se réfugiant dans une maison sans personne alentour, à Bayswater ; il exprima ses sentiments dans une prose minable et se contenta, pour tout titre, de « Mr. Treverton ».

La lecture est très agréable : ironie, humour, sensibilité et poésie, rien n’y manque. Vous pouvez également lire l'avis de Lili Galipette sur ce roman qui compte pour une participation au Challenge victorien d'Aymeline.



Osborn William Evelyn, Plage au crépuscule, port de Saint-Ives, 1895, Londres, Tate Collection, image RMN.

15 commentaires:

  1. J'adore Wilkie Collins !! Si tu as aimé ce roman, je te conseille "Armadale", encore plus retord !
    J'ai particulièrement aimé la façon dont l'auteur repousse sans cesse la révélation d'un secret que tout le monde a découvert très vite, sauf les personnages. Ouh, qu'il est bon de les voir se creuser les méninges et se tordre les mains !!
    Wilkie Collins permet d'assouvir les instincts sadiques non assumés !! :)

    RépondreSupprimer
  2. Merci du conseil, je compte bien en lire d'autres en effet.
    Oui, sa "gestion" du secret est très habile. D'ailleurs le contenu du secret n'a aucune importance, il pourrait aussi bien s'agir d'une recette de tarte aux pommes - en même temps, cette société est terrifiante où l'on juge les gens sur leurs parents ! Vive l'individualisme !

    RépondreSupprimer
  3. Encore un auteur à découvrir, décidemment ce challenge victorien est une mine !!! :)

    RépondreSupprimer
  4. Oui ça fait un moment que je vois son nom tourner, il a bénéficié de plusieurs rééditions récentes, un plaisir de découverte.

    RépondreSupprimer
  5. Wilkie !!! je ne connais pas ce roman mais tu donnes bien envie :)

    RépondreSupprimer
  6. Je viens de m'acheter mon premier Wilkie Collins, mais je ne sais pas quand je le lirai et j'ai déjà oublié le titre...

    RépondreSupprimer
  7. Aymeline et Marie : c'est qu'il y a une liste impressionnante de titres, il ne faut pas se mélanger !

    RépondreSupprimer
  8. J'ai lu cette histoire mais je ne me souviens plus dénouement ! je ne me félicite pas étant donné que j'adore cet auteur... et notamment, ce qui le différencie de certains romans victoriens, c'est son humour...

    RépondreSupprimer
  9. Oui Maggie, c'est très ironique, c'est ce qui rend l'écriture moderne d'ailleurs, cette auto-réflexion.

    RépondreSupprimer
  10. Je trouve que c'est un vrai exemple de technique romanesque : chaque personnage secondaire a son petit solo comme à l'opéra. Ce qui à la fois ralentit le dénouement de l'intrigue principale, mais sans forcer, nous attache à eux, en donnant de l'épaisseur à cet univers.

    RépondreSupprimer
  11. J'avais beaucoup aimé celui-ci ! J'espère que tu vas continuer ta découverte avec d'autres Wilkie maintenant..

    RépondreSupprimer
  12. Encore jamais lu WC mais je ne perds pas espoir ;-) Bon long weekend.

    RépondreSupprimer
  13. Oui Cryssilda, je vais continuer, à mon rythme.
    Catherine : je pourrai te le prêter si tu veux, après Colette.

    RépondreSupprimer
  14. On est nombreux à bien l'aimer celui-là !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").