La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 22 juillet 2013

Toujours aujourd’hui, aujourd’hui ! reprit le commandeur, votre Laclos n’était qu’un fat.


Stendhal, Armance, 1827.

Le récit : le héros Octave est un jeune homme brillant mais sombre, dégoûté du monde et plein d’orgueil. Armance est sa cousine pauvre et belle, modeste et pleine de passion. Ces deux-là…
Mais comment parler de ce livre ? Les lecteurs de Stendhal l’ont lu un peu comme je vous en parle, en se demandant quel était le secret d’Octave qui le rendait si réfractaire à l’amour et en ne comprenant pas tout. Ils n’ont pu qu’être frappés par sa ressemblance avec les héros du Rouge et le noir, dans leur culte de l’orgueil. Ils ont aussi dû juger diversement cette évocation critique des salons mondains où évoluaient les derniers représentants de l’Ancien Régime face au monde « libéral ». Les lecteurs d’aujourd’hui, bien fournis en lettres de Stendhal et en renseignements sur son œuvre, grâce aux introductions de la moindre édition de poche, connaissent ce secret. Le roman en est-il plus clair ? Je ne trouve pas…

J. Breton, Tête de femme, 1857
Lille, musée des Beaux-Arts, image RMN
Donc… Octave est un beau personnage, Armance bien plus encore. Je suis toujours un peu énervée par ces héros de romans si orgueilleux dans leur honneur qu’ils ne parviennent pas à se parler ou de ces gens aussi aveugles sur eux-mêmes, mais la plume de Stendhal rend la chose vivante et donne de la grandeur à ces événements. J’ai lu le roman avec un grand plaisir, je l’ai trouvé assez prenant. De plus l’évolution psychologique des personnages est très bien rendue.
Les rapports complexes que les écrivains entretiennent avec la monarchie déchue sont très bien exprimés, de façon bien plus subtile que chez Balzac. Ce n’est pas facile pour un siècle de succéder à une monarchie centenaire, à une révolution et à Napoléon. Il est impossible d’être à la hauteur pour ceux qui rêvent de gloire, de grandeur et d’honneur. 

Une imagination passionnée le portait à s’exagérer les bonheurs dont il ne pouvait jouir. S’il eût reçu du ciel un cœur sec, froid, raisonnable, avec tous les autres avantages qu’il réunissait d’ailleurs, il eût pu être fort heureux. Il ne lui manquait qu’une âme commune.
  
Sur ce blog : La Chartreuse de Parme. Sur Armance, l'avis de George. Compte pour le challenge Stendhal de ladite George et Destination PAL de Lili.





11 commentaires:

  1. J'ai étudié un extrait de ce livre en prépa et j'en garde une impression mitigée. Je vais m'en tenir à La chartreuse de Parme et au Rouge et le noir pour le moment ! :)

    RépondreSupprimer
  2. En vrai je devais lire Lucien Leuwen en papier mais il est énorme. Comme j'étais en vacances et que j'avais Armance dans la liseuse, et qu'il est bien plus court, hop ! voilà !

    RépondreSupprimer
  3. C'est un livre que j'ai lu une fois et que j'ai partiellement oublié. Le rouge et le noir a été longtemps mon roman préféré mais j'aime aussi La chartreuse de Parme et ses chroniques italiennes.

    RépondreSupprimer
  4. Je préfère La Chartreuse au Rouge et le Noir (mais il faut que je le relise). Je ne connais pas le reste de l'oeuvre donc à voir...

    RépondreSupprimer
  5. excellent "Lucien Leuwen" ! bonne lecture,
    bises

    RépondreSupprimer
  6. J'ai "Lucien Lewen" en attente ausi. C'est vrai qu'il est monumental !

    RépondreSupprimer
  7. Je vois Mazel que tu es une fan de Stendhal ! Mais je comprends.
    Lili : je me dis que je le commencerai peut-être fin août début septembre, on verra !

    RépondreSupprimer
  8. Lucien Leuwen est aussi dans ma PAL, je l'avais commencé sans le finir, ce qui m'ennuie un peu c'est qu'il est inachevé, me semble-t-il et vu l'épaisseur ça laisse songeuse.
    Bon moi je suis totalement passée à côté du fameux problème d'Octave, il faudrait presque que je le relise pour voir les indices, mais...

    RépondreSupprimer
  9. George : j'ai vu ton billet et je suis comme toi, sans l'introduction je n'aurais pas vu grand chose. Pour Lucien Leuwen, il faudra bien que je me lance. Ce sera peut-être en lecture numérique, c'est l'idéal à lire dans le train je pense !

    RépondreSupprimer
  10. Cela fait bien longtemps que je ne l'ai pas relu. J'aime bien ce roman. D'ailleurs, j'aime bien Stendhal.

    RépondreSupprimer
  11. J'aime bien Stendhal mais ce roman ne sera sans doute pas mon préféré.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").