La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 27 février 2016

Du tourisme, à Rome.

Fontaine du Triton
Du tourisme, à Rome.

J'ai récemment eu la chance de passer quelques jours à Rome. L'occasion pour moi de frimer et de râler un peu.
On croise de temps à autre, sur les réseaux sociaux ou sur les blogs, des messages de gens  se préparant à partir en voyage et demandant « vos trucs et astuces », vos « lieux originaux » et autres trouvailles atypiques que personne ne connaît. Ça m'énerve et cela me semble ridicule.
Fontaine du Maure, les vents soufflent de toutes leurs joues.
Nous sommes en 2016, à l'ère du tourisme de masse et il serait temps de l'accepter. Tous les lieux de la planète ont été arpentés, le tourisme s'attaque maintenant à l'espace et une grande partie des lieux que nous voyons a été aménagée par et pour le tourisme.
Et s'il y a un endroit au monde où c'est particulièrement vrai, c'est bien Rome, puisque le mot même de "tourisme " a été inventé pour Rome.
Fontaine des Quatre Fleuves, le Danube en torsion renversée.
Et oui, les aristocrates anglais qui à partir du XVIIe siècle, et surtout aux XVIIIe et XIXe siècles, réalisaient ce long voyage qui les emmenait jusqu'à Rome avec étape à Venise et à Naples effectuaient ce que l'on appelait « le grand tour ». Un périple bien balisé, avec des guides publiés en quantité (comme le Baedecker), des cicérones (vous avez lu Corinne ou l'Italie ?). Ils ramenaient des vues des paysages (peints par Canaletto avec de la chance) et des souvenirs (un buste antique pour décorer l'escalier). Ils effectuaient ce long, dangereux et coûteux voyage parce qu'on estimait que cela faisait partie de la culture attendue d'un gentleman de se confronter avec l'Antiquité (du moins celle de Rome) et avec les œuvres de Raphaël. Parce que depuis des siècles (oui, des siècles) on va à Rome pour voir de ses propres yeux ce que les autres ont vu avant, voir des monuments dont on a lu la description, vu la gravure, la peinture ou la photographie. On ne va pas à Rome pour faire le malin (pour l'originalité il y a Helsinki et c'est très bien), mais parce qu'on participe de près ou de loin à une culture commune. Bref, être un touriste original à Rome n'a aucun sens. Bien sûr que l'on va à Rome pour voir le Colisée, Michel-Ange et le Panthéon, sinon on n'irait pas à Rome.

Fontaine du Maure avec cette figure contorsionnée, qui vrille sur elle-même.

Tout ceci explique le nombre extraordinaire de « Journal de voyage en Italie » et assimilés. On connaît surtout ceux des stars, de Montaigne ou de Stendhal, mais leur nombre est très élevé (et leur contenu est toujours le même).
Après je conçois que chacun adapte ce programme millénaire à sa sensibilité et ses préférences, j'ai bien noté que certains lieux que je visitais étaient plus vides que d'autres. Mais ne rêvons pas.

 Fontaine des Quatre Fleuves, le Nil qui se cache la tête et Fontaine de Neptune qui a le trident énergique.

Roar.
 Billet illustré avec des photos d'oeuvres du Bernin, vues par quelques millions de personnes chaque année. C'est beau non ? Pourquoi se priver ?


Pour plus de détails, parce que j'y suis allée à grandes enjambées, je vous renvoie à l'article Grand tour sur Wiki qui a un peu de bibliographie.

13 commentaires:

  1. Ho, y'a plein de trucs et astuces à donner pour Rome pourtant.

    Un petit resto sympa, le café le moins cher (à la gare routière), la bonne marque de crème pour les chevilles tordues à demander à la farmacia quand on s'est ramassé la yeule sur le forum romain, que faire quand on s'est fait piquer son porte-feuille avec la CNI, la CB et tout le liquide le matin du départ ?
    Il savait ça, Montaigne ? ;D

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Je pense que Montaigne savait où manger !

      Supprimer
  2. Bon alors là je me sens un peu niaise de t'avoir demandé des conseils... mais, note bien, je ne voulais pas des lieux "originaux", juste les gros trucs vus par des millions de touristes à travers les siècles...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Mais dans ce cas est-ce qu'il y a vraiment besoin de conseils ? Il suffit de suivre les autres... au besoin en adaptant à ces goûts (un peu plus d'antique, un peu plus de contemporain).

      Supprimer
  3. J'aurai aimé faire ce grand tour aussi ! Magnifique ces sculptures ! Je suis folle du Bernin ! J'espère que je pourrais moi aussi les voir en vrai...

    RépondreSupprimer
  4. Parfois, quand ma frustration me fout la paix, je me dis que j'aurai peut-être été déçue de Rome. Alors que Vienne, c'est beau, original pour le coup, même s'il n'y a pas le colisée !!!

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Déçue par Rome ? Il faut être très bizarre !

      Supprimer
    2. Déçue du contraste potentiel entre l'image que je m'en fais et la réalité, et surtout déçue par le monde... Quand on part en voyage de noce en Ecosse, c'est aussi parce qu'on aime être seul au monde ! ;-)

      Supprimer
  5. Je ne connais personne qui refuserait un tel voyage !
    J'en rêve !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").