La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 30 mai 2018

Mais je sais une chose qui jamais ne meurt.

Jérémie Moreau, La Saga de Grimr, 2017, chez Delcourt.

Petit point préliminaire : contrairement à ce que je pensais, ce Grimr n'a rien à voir avec le Grímr à la Joue velue que l'on croise dans la Saga d'Oddr aux Flèches.
Nous sommes ici en Islande, au XVIIIsiècle. L’île, misérable, est alors sous le joug danois. Nous suivons la vie de Grimr, un garçon orphelin, d’une force peu commune, qui veut essayer de se forger un destin. Et la vie est rude, entre les cruautés des hommes et la violence de la nature.
Cet album vaut surtout pour les magnifiques représentations de l’Islande, terre désolée et immense, où se perdent les hommes.
Les paysages sont vides et désolés, les roches magnifiquement rendues.




2 commentaires:

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Vous n'avez pas de blog ? Utilisez le mode nom/URL et ne laissez qu'un nom. Ou utilisez le mode "anonyme" mais laissez-moi un indice.