La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



dimanche 9 septembre 2018

Vancouver, une balade


Ainsi que je vous l’annonçais, j’ai passé une semaine enchantée à Vancouver. Où ça ? Au Canada, là-bas, sur la côte Pacifique, tout près de la frontière américaine, dans l’état dit de Colombie-Britannique (apparemment ce nom débile vient du fait que le fleuve Columbia traverse la région).
Petit billet de présentation pour ce jour !

La ligne du littoral est en S et plusieurs rivières ont leur embouchure sur le site de Vancouver. De plus un archipel, avec une île immense (nous y reviendrons), est placé entre le vrai océan et la ville, qui se trouve donc plutôt abritée. Vancouver est donc une ville ouverte sur la mer, avec des kilomètres pour marcher le long du rivage et regarder les oiseaux marins et se baigner. Les montagnes North Shore la surplombent.

Et ça ressemble à quoi ? Vancouver, qui est une ville récente (nous en reparlerons aussi), a connu un gros développement démographique et économique depuis les Jeux Olympiques d’hiver de 2010. Elle a reçu, depuis sa fondation, un grand nombre d’immigrés chinois, notamment des Hongkongais qui se sont barrés de Chine avant la rétrocession. D’ailleurs, à l’aéroport tout est écrit en français et anglais, les deux langues officielles du Canada, et en chinois et la ville est parfois surnommée Hongkouver. Au centre, des gratte-ciel très beaux. Il reste quelques bâtiments de brique du début XXe ou de la fin du XIXe. Des immeubles, des quartiers de cottages, mais aussi le quartier le plus pauvre de toute l’Amérique du Nord. Bref, une ville très chère pour y habiter, mais avec une super qualité de vie si vous avez les moyens.

Il y a un immense parc (plus de 404 hectares), le Stanley Park, en plein centre-ville. De façon générale, il y a beaucoup d’arbres*, dans des rues très larges. La ville cultive son image écologiste : ici a été fondée Greenpeace. Les déchets sont recyclés très largement* (y compris les végétaux, les gobelets en carton, les serviettes en papier, tout ce que nous ne recyclons pas) et la municipalité veut que Vancouver devienne la ville la plus verte au monde d’ici 2020*. D’ailleurs, si vous dites que vous mangez sur place, on vous fournira de la vraie vaisselle lavable et réutilisable. Mais je ne suis pas éblouie pour autant. Vancouver a une consommation très américaine (et plus vous consommez, plus vous recyclez, hein, mais il n’y a pas de quoi se vanter) et la pollution des bateaux et des avions doit être très importante. En revanche, la ville accueille résolument les cyclistes* : pistes cyclables, distinctes des pistes piétonnes, possibilité d’accrocher son vélo au bus.
Un bon article sur le sujet si cela vous intéresse. 

Et que visite-t-on une fois là-bas et que l’on s’est remis des 9 heures de décalage horaire ? On se balade en ville, on se balade en forêt, il y a un superbe musée d’anthropologie (qui est LE musée à voir dans la ville), une Art Gallery (qui ne présente que des expositions temporaires, on peut avoir de la chance, ou pas), la Bill Reid Gallery, un musée d’histoire.

Quoi d’autre ? Les toilettes ! De façon générale, au Canada, il y a beaucoup plus de toilettes qu’en France* (non mais, vraiment beaucoup plus), mais en Colombie-Britannique je les soupçonne d’être particulièrement bons sur ce point. Il y a même des toilettes « all gender », c’est vous dire, c'est une autre civilisation. La conséquence de cette abondance, c’est qu’il n’y a jamais la queue aux toilettes, ce qui constitue un confort supplémentaire*.

De quoi ai-je prévu de vous parler ? De l'histoire de la ville, des Amérindiens et particulièrement des Haida, de la ville de Victoria, d'Emily Carr et de la forêt.






* Quand on vient de Marseille, c'est très exotique.

15 commentaires:

  1. j'attends tes billets avec impatience
    en ce moment je me balade par le livre au nord vers le 60° degré nord

    RépondreSupprimer
  2. même chose! Cette découverte virtuelle me plait beaucoup!

    RépondreSupprimer
  3. J'y suis allée en 2011, je ne me souvenais pas des toilettes! (le all gender doit permettre d'aller 'chez les messieurs', ce qui est logique car c'est toujours plus long chez les dames; quand comprendra-t-on qu'il en faut plus chez les dames?)^_^

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. All gender, c'est aussi pour les gens qui ne sont ni masculins ni féminins ou les deux à la fois ou qui s'en fichent totalement.

      Supprimer
    2. Oui, tout est prévu, ainsi! ^_^ je me souviens être allée chez les messieurs dans des toilettes aux USA (loooooongue attente côté dame, libre côté messieurs) sous l'oeil choqué de certaines... ^_^

      Supprimer
  4. J'aurais voulu y aller lors de mes deux voyages au Québec mais je n'ai pas eu le temps. J'ai aimé cette première découverte. J'attends les autres billets ! Au boulot, Nathalie !

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Oui, en effet, je suis retournée au Québec après mes deux semaines sur la côte ouest et il faut une journée de voyage, c'est toute une expédition (en plus l'avion est cher !).

      Supprimer
  5. Nous avons adoré notre voyage en Colombie Britannique et je garde un très bon souvenir de Vancouver, du Stanley Park et de la ville en général. (et de l'île de Victoria)

    Merci de m'avoir fait revisiter ces souvenirs.

    PS: quel que soit le pays occidental, les toilettes sont mieux qu'en France.
    Le scandale c'est ceux de la gare de Lyon à Paris. Vu le prix des billets, la Sncf pourrait mettre à disposition des toilettes gratuites et en nombre suffisant par rapport à la fréquentation de la gare.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Moi je décernerai bien la palme du pire au château de Versailles où les toilettes du parc étaient payantes.

      Supprimer
  6. Les toilettes, un sujet très sérieux, surtout pour les gens comme moi. C'est limite un argument supplémentaire pour me donner envie d'y aller...
    Tes photos sont superbes en tout cas, j'attends la suite avec impatience.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci ! Je rédige progressivement.
      L'abondance de toilettes rend le voyage confortable, c'est indéniable.

      Supprimer
  7. Réponses
    1. C'était vraiment un très beau voyage !

      Supprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").
Ça ne marche pas ? Utilisez le mode nom/URL et laissez seulement un nom (et prouvez que vous n'êtes pas un robot). Merci !