La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 28 février 2011

L'Origine de la violence

Je repasse la parole à Bernard pour un livre que je n'ai, là encore, pas lu

L'Origine de la violence par Fabrice Humbert.
Il est professeur, en voyage pédagogique avec ses élèves en Allemagne. Au programme : les vestiges  chargés d’histoire d’un camp de concentration, ce sera Buchenwald près de Weimar. À la sortie, au musée, une photo parmi d’autres sur les murs, celle du médecin du camp : Erich Wagner, souriant, prise le 20 décembre 1941. Petite erreur de cadrage ? Dans un coin de l’image, un détenu qui ressemble étrangement au père du narrateur. Troublante vision. À chercher son identité il va tirer sur ce bout de laine et peu à peu dérouler  l’écheveau de tous ses secrets de famille, traverser le siècle, en découvrir les horreurs et dévoiler des traumatismes familiaux. Des rebondissements jusqu’à la dernière page.
Avec pour fil rouge une recherche introspective ; cette violence enfouie au plus profond qui répond à une peur sourde, mal définie, pourquoi ? Un ouvrage grave, bien structuré dans un style léger et fluide auquel on s’attache très vite et qui vous gardera haletant jusqu’au bout de la nuit.

Un livre paru aux éditions du Passage en 2009. Et Fabrice Humbert a son site personnel pour les amateurs...
Autre billet sur ce roman, sur le blog de Somaja

3 commentaires:

  1. je vous ai lu le premier chapitre de la fortune d Sila au club de février/ QUE JE VS RECOMMANDE/

    RépondreSupprimer
  2. je ne lâche pas l'origine de la violence.
    CET AUTEUR EST BRILLANT JE TROUVE ET TRES ACTUEL
    en plus il cite ses références..

    RépondreSupprimer
  3. si vous aimez berlin lisez-le!
    hormis quelques passages durs sur les camps il se lit comme une enquête sur ses origines.
    la relation de l'enquêteur avec son grand-père
    est touchante et pleine de finesse et de tendresse. Lisez-le vite!

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").