La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mercredi 4 mai 2011

Une devinette et des navettes

Un D. L. A. ou Diagnostic Littéraire à l'Aveugle...

Le veau trop pur et le macaroni cuit à l'eau claire que nous servait la vieille Zoé, fort lentement, étaient d'une rigoureuse insipidité. Il fallait consommer ensuite une certaine marmelade d'oranges de Dundee que je ne pouvais souffrir, que j'ai fini par supporter, et que je crois que je ne déteste plus, à cause du souvenir. S'il m'arrive de goûter à présent à cette purée pénétrée de fibrilles couleur de carotte, je me retrouve assis en face d'un vieil homme affreusement solitaire, livré à de lugubres réflexions, privé, par l'état de sa vue, du travail qui fut toute sa vie. Il m'offre une cigarette, dure comme un crayon, que je roule entre mes paumes pour la rendre fumable ; et cette manœuvre, chaque fois, l'intéresse. Zoé apporte le café, elle appuie son gros ventre à la table, et cause. Elle parle fort bien ; il paraît qu'elle fut institutrice ; les énormes lunettes rondes qu'elle porte donnent un air assez savant à son visage large, honnête, et toujours sérieux. 

Qui est l'auteur de ce texte (sachant que "je" est l'auteur) ? Et qui est ce "vieil homme" ? Et question la plus facile : mais de qui se moque-t-on ici ?
Un paquet de navettes à tremper dans son thé pour le(a) premier(ère) qui trouve...  Je vous réponds la semaine prochaine.

Addendum du 10 mai 2011 : la réponse est là.

16 commentaires:

  1. j'adore ça et le pratique souvent à la maison de retraite. Ca se fait aussi en atelier d'écriture et en club de lecture!
    c'est un (e) irlandaise ou un américain?
    bises . allez un indice!

    RépondreSupprimer
  2. L'indice est dans la 3e question : c'est la plus facile, une fois celle-ci répondue, la 1e vient toute seule !

    RépondreSupprimer
  3. MARCEL PROUST JE PARIE!

    RépondreSupprimer
  4. Oui, bien ! Mais on ne parie pas (et on ne crie pas non plus) ! Regarde bien comment s'effectue la moquerie, parce que c'est très brillant et que tous les auteurs n'en sont pas capables. Allez...

    RépondreSupprimer
  5. tu es trop énigmatique. je peux tenter?
    Un peintre aveugle le vieux monsieur?
    Ruskin? je suis trop fatiguée / je n'arrive plus à réfléchir. Dur dur.
    j'ai les navettes pour me remettre!

    RépondreSupprimer
  6. Ben oui, une devinette, c'est énigmatique. Soyons claire : Proust est la réponse à la 3e question, pas aux deux autres. Mais, rassure-moi, tu n'as pas lancé son nom au hasard (pas du tout ton genre...). "On" se moque de lui d'une certaine façon. Et ça te donne quelques indications : le texte date d'après 1913. Et d'avant... Mais n'y a-t-il pas quelques mots qui pourraient servir d'indice pour ce point ?

    RépondreSupprimer
  7. Pour le sport : Henry James ?

    RépondreSupprimer
  8. J'ai raté des choses ici !! Les vacanciers sont venus à moi mais pas les vacances !! Je dirais que c'est un écrivain qui parodie Proust tout en l'imaginant vieux, "privé de ses yeux pour écrire", la marmelade ayant remplacé la madeleine ! Mais qui ? Mark Twain peut-être ?? Ce serait trop beau ou tout simplement Proust lui même sur les 3 tableaux, soyons fous !!^^

    RépondreSupprimer
  9. Ce n'est pas Henry James. Vérification faite, il est mort en 1916, ça fait un peu juste pour lui.
    Alors, non, ce n'est pas Proust sur les 3 tableaux, il s'agit de 3 personnes différentes et hyper célèbres.
    Il s'agit d'un pastiche (ou d'une parodie, relire Genette pour déterminer la bonne catégorie) de la Recherche. La madeleine trempée dans le tilleul et son goût un peu fade est devenue une purée couleur carotte. Tante Léonie est un vieil homme lugubre. Et cette Zoé qui parle comme une institutrice ressemble furieusement à Françoise. L'auteur est drôlement intelligent et peau de vache, brillant.
    Pour identifier le vieil homme : l'intuition de Catherine plus haut était juste : un peintre aveugle.
    Je sens que je vais distribuer des paquets de navettes, moi. Je vous laisse tout le week-end pour jouer.

    RépondreSupprimer
  10. Monet était aveugle, non ?

    RépondreSupprimer
  11. Oui, à la fin de sa vie. Mais il ne s'agit pas lui.
    Je précise : beaucoup de peintres ont fini aveugles, les yeux brûlés par l'huile et la céruse. En l'occurrence, il s'agit d'un peintre que l'auteur a connu, n'allez pas me chercher Chardin ou Titien.

    RépondreSupprimer
  12. Sainte Beuve n'était pas peintre.
    Ruskin n'était pas aveugle.
    je ne pourrai pas relire genette.
    que faire? JE LES VEUX CES NAVETTES.
    (voix basse) proust a connu Ruskin , ça je le sais! ouf!

    RépondreSupprimer
  13. Attention Catherine, ne t'égare pas ! L'anonyme - ma soeur - veut aussi son paquet de navettes...
    Proust est celui qui est pastiché. Rien n'indique a priori s'il a ou non connu le" vieux / aveugle / peintre" et l'auteur "je / brillant / peau de vache". Je pourrais chercher l'info mais ça ne vous serait pas très utile.

    RépondreSupprimer
  14. il a écrit en 1913? CET AUTEUR QUI PASTICHE.
    CARSON MC CULLERS? FAULKNER?

    RépondreSupprimer
  15. Je ne vais pas vous donner la date ! C'est forcément écrit après 1913 (date du début de parution de la Recherche). Pour trouver s'il s'agit ou non d'une traduction / une date approximative, je pense qu'une petite étude du vocabulaire s'impose...

    RépondreSupprimer
  16. Contribution indirecte de Stéphanie : Renoir aussi a fini aveugle. Certes, mais il ne s'agit pas lui.
    Il faut - rappelons-le - un peintre sur lequel a écrit un écrivain qui réponde à toutes les caractéristiques déjà citées (et célèbre).
    Je fixe la limite à mardi midi. Après je pars acheter des navettes.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").