La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 1 août 2011

Bouleau, sapin, bouleau, sapin, bouleau, oh, un lac !

Alors, la Finlande ?
Du soleil, de la chaleur, des soupes avec du saumon et de la bière à la cannelle… le sauna, très apprécié par les muscles du cou et du dos, des fruits rouges délicieux et le jour qui n’en finit pas.

Dans les archipels, on peut se baigner dans la Baltique
En complément de mes billets sur le Kalevala, quelques photos des peintures d’Akseli Gallen-Kallela, qui l’a beaucoup illustré et dont on peut voir les œuvres à Helsinki et à Turku.



Ces deux photos sont celles des trompes de la coupole du musée d'histoire d'Helsinki.
Akseli Gallen-Kallela, La vengeance de Joukahainen, 1897, tempera sur toile, Turku, Taidemuseo
Le Kalevala est une vraie référence de la culture finnoise comme l’explique très bien cet article de Wikipedia. Et il n'y a pas que Sibelius ! On a vu des allumettes Sampo dans les supermarchés et Marie-Neige, à l’initiative de ce voyage, m’a expliqué que plusieurs musiciens de métal s’inspiraient de ce texte pour composer leurs chansons (avez-vous jamais entendu parler d'Amorphis ou d'Ensiferum ?). 


Photos prises par MN au Tuska Open Air (le festival de musique métal d'Helsinki) cette année. Vous y voyez le charmant chanteur d'Amorphis devant un décor visiblement inspiré du chant 1 du Kalevala.

Je vous rappelle qu’en Finlande les groupes de métal peuvent gagner l’Eurovision, ça est familial et bon enfant. Le mythe de la création du fer a ainsi  été mis en musique, ce qui est une révélation surprenante et plaisante ! Heureusement, Marie-Neige me fournit les paroles de la chanson :

Darkness was my light
Muteness was my tongue
Death was my life
Matter was my spirit

I am a brother to the fire
To fire a brother I am
From breasts of maidens three
I drank the black milk
Devoured the white milk
I swallowed the red milk

Brother to the fire I am
Brother to the fire

I've lain in the dark bowels
Bowels of this marshland
Dead beneath the soil
Under the waters
Oblivious to all
Devoid of all knowing


Amorphis, chanson From Earth I Rose, album Skyforger


Le monument à Elias Lönnrot à Helsinki
Autres monuments littéraires :
Aleksis Kivi, grand écrivain finlandais, qui m’est totalement inconnu, je vais essayer de me procurer un de ses titres.
le monument à Kivi à Helsinki
Et les… Moumines… j’avais oublié qu’eux aussi était finlandais ! Du coup, j’ai assez envie de m’en relire un, depuis le temps !
les taies d'oreiller de l'hôtel...
J'avoue ma totale incompétence en matière de musique métal. J'invite donc les connaisseurs à laisser des commentaires roboratifs et je renvoie les néophytes au blog de Marie-Neige qui vous raconte comment se passe un festival de métal en Finlande.

Bientôt, retour à la normal sur ce blog, je me remets à lire ! Et j'ai modifié les paramètres pour laisser des commentaires, j'espère que cela fonctionnera mieux...


5 commentaires:

  1. Quel voyage complètement dépaysant, dis donc ! J'adore les taies d'oreillers. Quant aux monuments littéraires finlandais... j'avoue ma totale ignorance et incompétence !!

    RépondreSupprimer
  2. Oui, la Finlande a le mérite d'être très proche et totalement inconnue et exotique. C'est formidable.

    RépondreSupprimer
  3. Lire ces références à ma musique favorite chez Mark & Marcel remue mes entrailles d'une joie teintée de fierté, merci Nathalie ;)
    J'en profite donc pour dire que l'adaptation du texte d'Elias Lönnrot pour les musiques d'Amorphis est l'oeuvre de Pekka Kainulainen traduite en anglais par Erkki Vinta, ils ne sont pas membres du groupe mais je pense qu'il faut leur rendre hommage.
    Les décors de la scène sont ceux du livret du dernier CD the Beginning of Time, le bien nommé, puisqu'il reprend en effet les thèmes du 1er chant du Kalevala.
    Je vous invite à visiter des plateformes telles que Deezer pour vous faire une idée de la musique. Attention, les premiers albums du groupe sont très différents ^___^

    Amorphis sera en concert à Paris le 26 novembre au Divan du Monde. J'ai déjà ma place !
    http://www.myspace.com/amorphis

    RépondreSupprimer
  4. C'est un bel article sur un pays finalement peu connu ici. Tu me donnes envie de mieux le connaître.

    RépondreSupprimer
  5. Merci Marie pour les précisions ! Je n'y connais rien, mais je trouve fascinant ces croisements de culture populaire/élitiste/de masse. C'est tout à fait improbable et réjouissant, ça rend optimiste je trouve !
    Mango : mais oui, il faut y aller, on a tout aimé !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").