La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 29 juillet 2011

Vieille fourbe, bouche à mensonges !

Kalevala, épisode 5 et dernier.
Elias Lönnrot, Le Kalevala. Épopée des Finnois, traduit du finnois par Gabriel Rebourcet (1e éd. 1849), Paris, Gallimard, 2010.

Juste pour ceux qui avait loupé le billet sur ce roman d'Arto Paasilinna, je remets le lien pour une ballade en forêt finlandaise, laissez-vous charmer par le chant des oiseaux et admirez toute cette nature.
 
Chant 15
La vieille mère cherche son fils qui a été tué (mais elle rassemblera tous les morceaux du corps et le ramènera à la vie ensuite). Elle s'adresse d'abord au chêne qui lui répond :

« J’ai déjà ma part de tracas
sans me soucier de ton gamin,
car je suis né pour la vie rude,
affûté pour les jours mauvais :
je finirai, pile de bûches,
rondin tombé sous la cognée,
chablé, merrain pour le hâloir,
battu, brûlé pour les essarts. »

Elle quiert longtemps l’égaré,
jour et semaine, oncques ne trouve.

Un chemin s’ouvre à sa rencontre ;
elle fait courbette à la sente :

« Ô chemin tracé par le Sieur !
N’auras-tu point vu mon enfant,
ma pomme d’or, mes joues sanguines,
ma canne à la frette d’argent ? »

Le chemin sait bien sa devise,
et le chemin lui répond bien :

« J’ai déjà ma part de tracas
sans me soucier de ton gamin,
car je suis né pour la vie rude,
défriché chaque jour mauvais :
je suis détalé par les chiens,
galopé par les cavaliers,
couru par les souliers cloutés,
trépigné par les talons durs. »

Carte fournie gentiment par Wikipedia.

4 commentaires:

  1. J'ai crié haut et fort que les sagas ne m'attiraient pas beaucoup mais la lecture de cette série de billets balaie un peu mon point de vue
    je vais noter la référence et aller voir ça de plus près en bibliothèque

    RépondreSupprimer
  2. Bonne nouvelle pour moi alors ! Ça vaut la peine de se pencher sur la geste des dieux non grecs et non chrétiens juste pour voir un peu, même si j'ai un peu de mal à accrocher en l'occurrence.
    Quand j'ai lu vos commentaires, j'ai été prise d'un doute et je suis allée faire un tour sur Wikipedia. C'est bien ce qui me semblait, le Kalevala n'est pas du tout une saga ! Mais c'est du chippotage...

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de lire ta série de billets et j'ai adoré découvrir cette épopée, merci beaucoup pour la découverte :)

    RépondreSupprimer
  4. je me doutais que cela serait une découverte, on ne connaît pas grand chose à la Finlande en général !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").