La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 8 décembre 2011

...


Marc-Antoine Mathieu, 3’’ (Trois secondes), Paris, Delcourt, 2011.

Une bande dessinée originale vue sur plusieurs blogs (Choco en parle très bien et le mec d'Alfie s'y est essayé aussi,) et récemment prêtée par Laurent (merci !).

Aucun texte, il faut se contenter de regarder les dessins en silence. Le regard suit une interminable ligne, de fenêtres en miroirs, en reflets sur tous les objets brillants et rebondit de surface en surface. Le long de cette ligne, un meurtre. Une image vaut mieux que de longs discours, voici :


Rien n’est dit, à nous de regarder et de regarder encore pour relier tous les détails. Autant dire que cet album est une œuvre qui engage totalement le lecteur pour qui il est nécessaire de se plonger dans un noir et blanc très maîtrisé. Ce n’est pas tant l’intrigue qui compte que la réussite graphique : en ayant l’illusion de suivre une unique ligne, on saute en réalité de point de vue en vue, en envisageant la même depuis 3-4 endroits différents de façon presque simultanée. Très absorbant et engageant toute l’attention.


Le livre a un site internet pas indispensable, mais sur lequel on peut accéder au film visuel et où les fans décortiquent le moindre recoin de l'intrigue.

4 commentaires:

  1. Moi je l'avais repéré chez Mo'. De lui j'avais lu Dieu en personne et j'aimerais essayer autre chose. Peut-être cet album qui m'intrigue.

    RépondreSupprimer
  2. Je l'ai vu sur plusieurs blogs mais je n'avais pas noté leurs noms sur le moment, donc j'ai essayé d'en retrouver quelques-uns. C'est un bel album oui.

    RépondreSupprimer
  3. j'ai bien aimé également. Dans le même genre, j'ai bcp aimé RIP de Ott.

    RépondreSupprimer
  4. Bonjour Theoma. Je ne connais pas ce Ott (mais je n'y connais pas grand-chose en album).

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").