La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 27 décembre 2011

Coucou les gens !

Un petit mot en passant pour signaler mon retour à la maison et à internet. Toutefois ce blog ne reprendra pas son cours habituel pour autant. Je vous prépare un petit billet spécial pour demain, suivi d'une nouvelle absence, et retour à la normale début janvier. Je profite des fêtes (loooongues heures de train et absence d'internet) pour lire tout ce qui traîne, histoire de pouvoir pondre des billets en série dans quelques jours. Pour info, j'ai fini Anna Karénine en 3 jours et demi et je compte finir d'ici vendredi l'énoooorme recueil de nouvelles de Singer...

P. S. Ne vous inquiétez pas, mes beaux yeux ne vont pas tarder à se tourner vers la Grèce...

6 commentaires:

  1. Oui je me suis un peu surprise. C'était une lecture sans doute trop rapide mais je reste très enthousiaste. Patience : le billet n'est que pour la fin janvier (LC).

    RépondreSupprimer
  2. 3 jours : trop forte ! Vive les vacances sans internet !!!

    RépondreSupprimer
  3. Oui Margotte, lire ou bloguer, il faut choisir (tout à fait cornélien).

    RépondreSupprimer
  4. Quand serez-vous raisonnable, quand suivrez-vous le conseil d'André Gide, quand jetterez vous vos livres?!!!
    Bonne année et bonnes lectures.
    PS : j'ai lu passionnément Le Complot contre l'Amérique de Roth, suis un peu déçu mais pas complètement (de très beaux passages) par le livre d'Erika Mann (fille de Thomas) sur la montée du nazisme que vient de publier Grasset et je me régale d'un court livre posthume d'Anna-Meria Ortese, merveilleuse auteure italienne, qui se passe à Naples au XVIIe s.

    RépondreSupprimer
  5. Bon je ne suis pas la seule à accumuler les lectures, on dirait. Je n'ai lu aucun des trois mais le Roth et Ortese pourraient être au programme un de ces jours, on ne sait jamais.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").