La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 10 janvier 2012

Une lèvre sans moustaches est nue comme un corps sans vêtements.


Guy de Maupassant, La Moustache, 1883.

Une mise en bouche si j’ose dire pour le challenge Maupassant de Margotte. Une petite nouvelle de rien, en forme de lettre d’une femme à une amie : un hymne à la moustache*. La narratrice est spirituelle, a la plume alerte et vante tous les charmes de ces quelques poils, qui donnent de l’allure, qui agrémentent les douceurs, les baisers, les caresses, qui chatouillent, qui gratouillent… et puis la moustache est si française (d’après cette dame) ! Cela est très court, brillant et coquin ; à déguster !

Le créateur (je n’ose point écrire un autre mot en parlant de ces choses), le créateur a eu soin de voiler ainsi tous les abris de notre chair où devait se cacher l’amour. Une bouche rasée me paraît ressembler à un bois abattu autour de quelque fontaine où l’on allait boire et dormir.

* Malheureusement un peu de mal est dit de la barbe, c’est bien dommage.
 Vous pouvez lire la nouvelle et l'écouter aussi.

Tête de Gaulois, 3-4e siècle, stuc, provient d'Afghanistan, conservé au musée Guimet (Paris), image RMN.

Voici de quoi déclarer officiellement ouvert le Le challenge Maupassant :



11 commentaires:

  1. Perso, je n'aime pas trop la moustqache sur mon homme : ça pique...

    RépondreSupprimer
  2. M'enfin Alex ! ça fait de délicieux gratouillis dans le cou... Bon, il en faut pour tous les goûts.

    RépondreSupprimer
  3. un peu court la moustache.pardon l'article.

    RépondreSupprimer
  4. Bah oui Cath, un article sur une nouvelle c'est un peu court ! (qu'est-ce que tu vas nous pondre sur Jenni, si c'est à la longueur !)

    RépondreSupprimer
  5. Je n'arrive plus à me souvenir si je l'ai lue ou si j'en ai simplement entendu parler. Conclusion : il faudrait que je la relise!

    RépondreSupprimer
  6. Maupassant est un de mes écrivains préférés! Il m'a presque donné envie de me laisser pousser la moustache... mais bon, ça ne m'allait vraiment pas (eh oui, j'ai fait un essai!)... Je relis encore avec beaucoup de plaisir son oeuvre qu'on peut trouver en Pochotèque, une très belle collection...

    RépondreSupprimer
  7. Marie : tu peux l'écouter pour vérifier ! Il y a tous les liens.
    Marc : ah dommage, c'est bien la moustache... je ne connais pas tout Maupassant, loin de là, mais ça va venir.

    RépondreSupprimer
  8. oui si c'est proportionnel ( 633 pages) ça promet !

    RépondreSupprimer
  9. Pour Hélène qui n'est pas fichue de laisser un commentaire sur ce blog :

    http://www.photo.rmn.fr/cf/htm/CSearchZ.aspx?o=&Total=500&FP=44401369&E=2K1KTSUPPGMB9&SID=2K1KTSUPPGMB9&New=T&Pic=57&SubE=2C6NU0VJJPPH

    Je sais ce qu'est l'art du Ghandara et donc j'ai moi aussi tiqué en voyant écrit "gaulois" mais je ne suis pas comme ça, je me suis dit "oui, bah, un barbare occidental, quoi", ce qui correspond parfaitement à la nouvelle de Maupassant, c'est l'essentiel. Voilà.

    RépondreSupprimer
  10. Alors que je viens me promener chez toi, je tombe sur un billet sur Maupassant : la vie est belle :-)) Bonne soirée !

    RépondreSupprimer
  11. Salut Margotte ! C'est un peu court, je ne l'homologue pas comme une vraie participation mais comme une annonce, je vais m'y mettre...

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").