La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 13 février 2012

Un soir à l'opéra


J’ai assisté vendredi dernier à l’opéra La Chartreuse de Parme, composé par Henri Sauguet en 1939 d’après le roman de Stendhal. Je ne suis pas critique d’opéra mais je vais tout de même essayer de vous en parler.
(pour les distraits mon billet sur le roman)

Je commence par le livret d’Armand Lunel. Il n’était pas question de caser l’intégralité de La Chartreuse dans un opéra en 4 actes et Lunel a choisi de se concentrer sur l’intrigue sentimentale. L’action démarre donc directement à la rencontre entre Fabrice, la duchesse et Clélia et son père, sur une route de campagne. Lors ce premier échange de regards, on y apprend vaguement que Fabrice s’est battu dans les troupes de l’empereur et qu’il est recherché par la police.
Il y a ensuite un enchaînement rapide de scènes qui n’ont pour but que d’amener l’emprisonnement de Fabrice dans la tour. L’intégralité du troisième acte se déroule dans la prison, entre les deux amants. Il se conclut par le mariage de Clélia avec le marquis et la fuite de Fabrice. Au dernier acte, la duchesse accepte finalement d’épouser le fidèle Mosca, Clélia fait savoir à Fabrice qu’elle a fait vœu de ne jamais le revoir et Fabrice, prêtre, annonce qu’il se retire à la Chartreuse de Parme.
À mon sens, le livret est le seul (mais gros) point faible de l’opéra. Lunel a privilégié le face à face amoureux en le dépouillant de l’énergie stendhalienne. Fabrice sans Waterloo et les motivations du personnage semblent vides. Ont disparu aussi les intrigues de la cour de Parme, ce qui fait que tout le début manque de cohérence. Apparemment la trame est difficile à suivre sans avoir lu le roman. Une fois l’intrigue resserrée autour de Fabrice et Clélia, l’opéra gagne en force et en intensité, même si certaines scènes sont un peu longuettes. Enfin, le catholicisme est démonstratif et sérieux, on est loin de l’ironie du roman quant au vœu de Clélia.


Enregistrement de 1958 : arrivée de Fabrice dans la prison

Je manque de mots pour vous parler de la très belle musique de Sauguet. J’ai immédiatement pensé à la Belle Époque et à Offenbach, pour sa tonalité vive. Les flonflons qui accompagnent les tirades du père de Clélia ont un petit air d'opéra comique. Dans la suite de sa carrière Sauguet a travaillé pour la télévision et la partition a de beaux élans lyriques et expressifs. Il y a des airs festifs, des cuivres qui évoquent les fêtes et la musique militaire.
Quelques très beaux airs : la flûte qui joue entre Clélia et son oiseau, l’air de la duchesse quand elle comprend l’amour de Fabrice pour Clélia et le dernier tableau où alternent le chant de Fabrice annonçant sa retraite, les larmes du public et les chants des moines. 


Photo de Bruno de Lavenère,
prise sur le site de l'Opéra de Marseille.

Il s’agissait d’une création de l’Opéra de Marseille, avec l’Orchestre (dirigé par Lawrence Foster qui a reconstitué la partition) et le Chœur de l’Opéra, qui sont toujours très bons. Difficile pour moi d’émettre une opinion envers les chanteurs, je manque d’éléments de comparaison mais je les ai trouvés très bons. Sébastien Guèze est un Fabrice plein d’énergie, Marie-Ange Todorovitch est une très belle Gina, passionnée, à la voix chaude, Jacques Calatayud dans celui de Barbone, le chef des gardiens de la prison. Je pense que Nathalie Manfrino pour Clélia était très bien mais son rôle languissant ne m’a pas convaincue.
Quant à la mise à scène de Renée Auphan, elle a tiré le meilleur de ce livret, c’était réellement très beau. Mention spéciale aux lumières de Laurent Castaingt !
Le décor est simple, avec peu d’accessoires, privilégiant des tableaux esthétiques. Les personnages évoluent souvent dans un espace réduit, dans des lumières à l’effet expressif saisissant. J’ai fait la liste des moments les plus réussis mais ils sont trop nombreux. Tout de même : la scène entre Clélia et Fabrice dans la prison où le dialogue se déroule en parallèle sur le mur, en ombres chinoises. Il est intéressant que le jeu de lumières transforme le personnage de Clélia : assez active chez Stendhal, elle apparaît ici comme une victime. La lumière fait se dessiner les barreaux de la prison sur son corps, plus que sur celui de Fabrice.

Fabrice et Clélia. Photo de Christian Dresse,
prise sur Classique.news
Les costumes (par Katia Duflot) évoquaient les années 1900 (en accord avec la musique), ce qui renforce le ton futile et l’atmosphère de fête du livret. L’intéressant est que ces costumes évoquent l’avant Première guerre mondiale alors que l’opéra a été créé en 1939, la déclaration de guerre interrompant les représentations.
J’ai envie de dire que cette mise en scène tire le maximum du livret. La duchesse en grande bourgeoise parisienne, l’implantation du roman en pleine IIIe République (alors que Stendhal est un amoureux de l’Italie et du XVIIIe siècle) évoque un tout autre monde. Le spectacle était très beau mais n’avait de Stendhal que le nom.

Dernière représentation mardi 14 février à Marseille, il reste des places !
L'opéra a été enregistré et sera retransmis par France Musique le 28 avril 2012 à 19h30.




12 commentaires:

  1. Une semi-déception donc dira-t-on ! merci pour ta participation !

    RépondreSupprimer
  2. Je ne suis pas vraiment déçue, c'était vraiment un très beau spectacle même si je n'ai pas retrouvée Stendhal.

    RépondreSupprimer
  3. Hou bé ma chère ! Avais-tu mis tes longs gants noirs et tes perles roses pour cette sortie ! Très beau billet en tout cas... (j'avoue que j'ai eu ma période opéra, opéras comiques, j'avais une tante mezzo-soprano qui y a travaillé 40 ans) là ça me dit moins qu'avant ! J'attends que ça revienne mais j'écoute souvent La Callas...

    RépondreSupprimer
  4. J'avais mis un gros blouson, un bonnet, deux écharpes et mes gants super chauds... Moi je n'ai pas du tout la culture opéra, j'y vais seulement depuis 2-3 ans pour me cultiver un peu. J'avoue être très sensible à la musique live même si je vais finalement peu en écouter.

    RépondreSupprimer
  5. Pour quelqu'un qui dit ne pas savoir parler d'opéra, tu t'en sors très bien ! Il faut dire que tu connais bien le livre et l'univers du théâtre. Personnellement, je n'ai rien compris à ce livre, je ne comprends rien à Stendhal, je pense, donc... je n'irais pas voir ce spectacle si l'occasion s'en présentait!

    RépondreSupprimer
  6. Je suis ravie d'avoir lu ton compte-rendu, c'est comme si j'avais vu le spectacle ! Je crois que j'aurais aimé, j'aime l'aspect sentimental du roman, les intrigues politiques me barbent, aïe, on ne se refait pas !
    Tu as raison pour le côté comique de la dévotion de Clélia, elle fait le voeu à la madone mais elle attend un enfant !
    Bonne semaine !

    RépondreSupprimer
  7. Merci Anne ! L'intérêt d'avoir un blog est que cela oblige à se poser des questions et à réfléchir, impossible d'être une spectatrice passive !
    Merci aussi Grillon. Je précise qu'à l'opéra j'aime assez les choses sentimentales, c'est assez facile de me tirer ma petite larme. Mais là, ça manque un peu d'intensité. Et effectivement la dévotion de Clélia est prise très au sérieux dans l'opéra, je dirais que c'est plutôt saint-sulpicien même.

    RépondreSupprimer
  8. dommage qu'il n'y ait pas plus de représentations, j'aurais bien aimé le voir quand je viendrais à Marseille en mars. Un beau billet :)

    RépondreSupprimer
  9. j'aime l'opéra...
    mais j'avoue que je n'y vais jamais...

    RépondreSupprimer
  10. Aymeline : ah oui, les opéras faut les saisir au vol !
    Lystig : ben alors ? un peu d'organisation que diable !

    RépondreSupprimer
  11. Une émission sur France Musique en parlait justement vendredi midi. Le chroniqueur démontait le livret en expliquant que cet opéra était impossible à chanter, ou au moins très difficile. Mais grâce était rendu aux solistes, justement.

    RépondreSupprimer
  12. Ah mais je vais essayer d'écouter ça ! merci beaucoup pour l'info !

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").