La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 6 mars 2012

Une héroïne


Russell Banks, American Darling, traduit de l’américain par Pierre Furlan, paru en 2004, Arles, Actes Sud, 2005.

Partagée entre deux continents, deux cultures, Hannah Musgrave a ses racines aux USA et ses amours en Afrique. Aux États-Unis où la figure du père domine à peu près tout depuis son enfance, elle rejette rapidement le confort que lui promet son milieu social. Au Libéria où l’ont attirée un compagnero et un vague idéal, elle construira une autre vie, aura des enfants, un mari et « des rêveurs » qui la retiendront jusqu’à la limite du possible.

Entourée de personnages avec lesquels elle entretient des rapports ambigus, Hannah entame une quête d’absolu, une recherche permanente d’idéaux : masculin, politique, humain. Un texte dense, servi par un style lumineux, où jamais l’auteur ne s’égare. Banks nous impose  une inéluctable marche en avant qui rend cet ouvrage époustouflant de rythme et de tension nerveuse.

La sensibilité  et l’orientation politique de l'auteur ressortent tout au long de l’ouvrage. C’est sans doute ce qui l’a guidé vers un pareil sujet. L’action se déroule en grande partie au Libéria dans  les années 80.

Quelle femme ! Quel livre ! Que d’énergie à  courir toute sa vie après un rêve qui finalement n’était peut-être pas si  éloigné…

Russell Banks, image Wikipedia

C'était une chronique de Bernard, qui participe au club de lecture de la Bibliothèque du Panier.

5 commentaires:

  1. Comme promis, je viens essayer la nouvelle version des commentaires sans caractères grotesques à reproduire !^^ Je dois dire que (concernant le livre), ce n'est pas au Libéria que j'irais chercher un rêve ou en concrétiser un... Mais bon, c'est bien de s'en souvenir !
    Là, rien en vue, ça a l'air bon ! Si je ne reviens pas raler, ça va c'est que ça marche !^^

    RépondreSupprimer
  2. Supeeeer.............. Bravo, t'es costaud !! :D Tellement facile que j'en laisse un deuxième dis-donc !^^

    RépondreSupprimer
  3. J'ai assuré ! merci Asphodèle de passer par ici !

    RépondreSupprimer
  4. J'avaisn oté il y a longtemps ce titre... L'occasion de me le remettre en mémoire.

    RépondreSupprimer
  5. Moi j'avais hésité à sa sortie, faudrait que j'y jette un oeil aussi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").