La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 11 mai 2012

C'est celui-ci qui est un coloriste.


En écho au billet du week-end dernier et en hommage à Diderot, un extrait des Salons de Diderot à propos de Chardin :

C’est que ce vase de porcelaine est de la porcelaine ; c’est que ces olives sont réellement séparées de l’œil par l’eau dans laquelle elles nagent ; c’est qu’il n’y a qu’à prendre ces biscuits et les manger ; cette bigarade, l’ouvrir et la presser ; ce verre de vin, et le boire ; ces fruits, et les peler ; ce pâté, et y mettre le couteau.

Chardin, Le Bocal d'olives, 1760, Musée du Louvre, image RMN.

C’est celui-ci qui entend l’harmonie des couleurs et ses reflets. O Chardin, ce n’est pas du blanc, du rouge, du noir que tu broies sur ta palette ; c’est la substance même des objets, c’est l’air et la lumière que tu prends à la pointe de ton pinceau, et que tu attaches sur la toile.
(…) La Raie dépouillé du même maître. L’objet est dégoûtant ; mais c’est la chair même du poisson. C’est la peau. C’est son sang ; l’aspect même de la chose n’affecterait pas autrement. (…) Apprenez, si vous le pouvez, le secret de sauver par le talent le dégoût de certaines natures.

Chardin, La Raie, 1725-26, Musée du Louvre, image RMN.

On n’entend rien à cette magie. Ce sont des couches épaisses de couleur, appliquées les unes sur les autres, et dont l’effet transpire de dessous en dessus. D’autres fois on dirait que c’est une vapeur qu’on a soufflé sur la toile ; ailleurs, une écume légère qu’on y a jetée. (…) Approchez-vous, tout se brouille, s’aplatit et disparaît. Éloignez-vous, tout se crée et se reproduit.

Petite note : Chardin n’a pas pu lire ces propos comme aucun des artistes critiqués par Diderot. Les Salons n’ont été connus en France qu’au XIXe siècle, ils ont été beaucoup lus par Gautier ou Baudelaire…

2 commentaires:

  1. Diderot écrivait des choses merveilleuses (ou odieuses selon ses goûts) ! Tu vas penser que je suis gaga et tu auras raison, si je te dis que je préfère encore le commentaire de Proust à propos de cette raie, "nef d'une cathédrale polychrome".

    RépondreSupprimer
  2. Toi gaga ? allons, allons... je crois que je préfère ce que Proust dit du Buffet ceci dit.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").