La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



samedi 26 mai 2012

Les humeurs du samedi-manche. 15.



Les deux dernières semaines ont été particulières pour moi. Je suis au chômage et j’ai été auditionnée mercredi pour un poste pour enseigner l’histoire de l’art dans une belle fac. J’ai bossé des jours et des jours, pour un échec. Grosse déception donc, même si je connais la loi du genre. On se remet à la quête du boulot : personne n’a besoin d’une marseillaise avec cerveau ?
J’ai donc eu droit à des consolations (qui, dans l’autre cas, auraient été des récompenses). Moustachu a fait des gaufres (il n’a pas de frangin, cherchez pas les filles). Surtout les préparatifs pour les vacances avancent… et je me tourne vers les livres, ouf ! J’ai vendu des livres sans intérêt pour repartir avec quelques classiques d’occasion :
Les Contes de la bécasse de Guy de Maupassant ; Le Maître de Ballantrae  de Stevenson ; Le Blé en herbe de Colette ; Lucien Leuwen de Stendhal ; Le K de Buzatti ; Le Géant Yéous de George Sand. Et samedi je suis allée acheter des cerises – avant d’en cueillir dans quelques jours – des anches pour la clarinette et des livres tout neufs : Emily de Stewart O’Nan et Basil de Wilkie Collins. L'ensemble répondant à six challenges.

L'humeur prochaine sera beaucoup plus cool...

16 commentaires:

  1. C'est une grande déception après tant de travail, courage, la bonne nouvelle arrivera bientôt ! Les gaufres et les livres sont une consolation sympathique. Bon week-end malgré tout !

    RépondreSupprimer
  2. Je te souhaite le meilleur pour le futur.De profession libérale,tout à fait en fin de carrière,j'ai la chance de ne pas avoir connu une telle galère.Buzzati,Stevenson,du beau monde pour t'encourager(je cite ces deux là qui sont dans ma galerie d'écrivains favoris).

    RépondreSupprimer
  3. c'était où cette belle fac? ca viendra,la chance.Je comprends que tu sois déçue.

    RépondreSupprimer
  4. Peu importe Cath, je ne remets plus les pieds à l'université.
    Je ne me décourage pas et les livres sont là. D'ailleurs Eeguab j'ai aussi acheté Montagnes de verre de Buzzati, suis assez intéressée par ces récits de montagne.

    RépondreSupprimer
  5. Oh bah zut alors pour le boulot ! Ne te décourage pas ! Je vois que tu as choisi beaucoup de classiques, quelle patience ! Et à ttrès bientôt :D (je ne sais pas si par ici on prendrait une marseillaise avec cerveau, ils n'aiment pas trop les "cerveaux" en général...pour travailler en usine, faut pas des gens qui pensent trop, c'est pas bon !^^)

    RépondreSupprimer
  6. J'ai pris beaucoup de classiques car j'ai fureté dans les livres de poche d'occasion, du coup il y a beaucoup de valeurs sûres. Je vais voir ce que je vais faire de mon cerveau...

    RépondreSupprimer
  7. Désolée pour toi et bon courage pour la suite.

    RépondreSupprimer
  8. Bon courage Nathalie! Oui, je sais, il en faut! Je n'ai pas connu ça pour moi mais mes filles, elles, oui! Triste France où les "cerveaux" n'ont pas d'emploi! Livres, cerises, crêpes, musique ... et Moustachu! Ouf! Heureusement que le programme est bon!

    RépondreSupprimer
  9. On cherche des profs, il n'y en a plus. Postule !
    Gaufres et vacances... du bonheur.

    RépondreSupprimer
  10. Merci les filles !
    Syl. je ne veux pas des ados, pas question d'aller en lycée !
    Pour le reste, j'ai de la chance, en effet, j'ai du mal à me plaindre.

    RépondreSupprimer
  11. hauts les coeurs !

    (je connais cela, à travers ma soeur... partie à l'étranger...)

    RépondreSupprimer
  12. je ne comprends que trop bien ta situation, courage :)

    RépondreSupprimer
  13. postule . postule. dans le privé.

    RépondreSupprimer
  14. Je te souhaite une bonne chance pour après tes vacances. Profites-en. J'espère que les gaufres étaient bonnes. Je les aime avec de la groseille.
    Bonne continuation et bonne lecture.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").