La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



lundi 28 mai 2012

N’oublie pas que nous sommes femmes et que nous n’aurons jamais raison contre des hommes.


Sophocle, Antigone, traduit du grec par Robert Pignarre, 441 av. J.-C., Paris, Garnier, 1964.

Magnifique pièce de Sophocle. Si Ajax m’avait plu par bribes, ici l’ensemble est une réussite. Le synopsis est connu : l’action se passe à Thèbes, après la guerre fratricide entre Polynice et Étéocle, Créon règne. Il a ordonné que les honneurs soient rendus au corps d’Étéocle, tandis que celui de Polynice doit être laissé sans sépulture. Antigone décide de passer outre. La pièce commence quand elle prend sa décision et en déroule les conséquences.
Les affrontements et les déchirements des personnages sont très modernes : Créon incarne la garde de la cité, rigide par caractère et par fonction, il se doit de dominer les passions, le peuple, la jeunesse et les femmes. Tour à tour Antigone, Hémon, le devin Tirésias viennent s’affronter à lui, dans de longues argumentations et des échanges vifs, qui n’ont pas vieilli. Comme dans Ajax on retrouve cette thématique des devoirs dus aux morts, car règle dernière de la cité.

Créon
Malheureux que je suis,
L’adversité m’ouvre les yeux… Sur mes épaules
un dieu pèse de tout son poids,
il me frappe, il me pousse
dans l’atroce chemin,
renversant, piétinant le bonheur de ma vie !
Hélas ! hélas ! ô dure épreuve d’être un homme !

W. H. Rinehart, Antigone versant une libation sur le cadavre de son frère Polynice, 1870, marbre, New-York, The Metropolitan Museum of Art, image RMN.



Nouvelle page du Pari hellène.

5 commentaires:

  1. Cette pièce est absolument remarquable, elle n'a rien perdu de sa force, elle parle des femmes, de la justice. Nous avons eu la chance de voir cette année une représentation donnée par le Théâtre National de Palestine. Un très grand moment d'émotion!
    Nous nous permettons de mettre un lien sur cette représentation.
    http://youtu.be/ni290U1CcOc

    RépondreSupprimer
  2. Ce commentaire a été supprimé par l'auteur.

    RépondreSupprimer
  3. Miriam a aussi assisté à cette Antigone apparemment, elle a beaucoup frappé les esprits.

    RépondreSupprimer
  4. je m'apprêtais à dire tout le bien que j'avais pensé de la représentation du théâtre National de Palestine mais je vois que c'est inutile! encore Bravo aux artistes!

    RépondreSupprimer
  5. Oui cette adaptation a semble-t-il marqué les esprits.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").