La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



vendredi 28 septembre 2012

Le jour où elle mourut, Emma Bovary n’avait pas encore vingt-six ans.


Philippe Doumenc, Contre-enquête sur la mort d’Emma Bovary, Arles, Actes Sud, 2007.

Un petit livre récréation pour les aficionados de Flaubert. À partir d’une invraisemblance dans le récit de Flaubert, l’auteur décide d’enquêter sur la mort de la belle Emma. Pour cela il revient à son récit d’agonie et met en scène un jeune inspecteur, Remi. Ensuite… je ne dis plus rien.
Ce roman est très réussi et se lit comme un vrai policier, on cherche à savoir qui a fait le coup (même si encore une fois la solution proposée ne me plaît pas). En plus, il est plein de détails rappelant le roman de Flaubert : les objets achetés par Emma, les costumes, les personnages… au point que l’on ne réalise pas tout de suite que Doumenc joue avec son lecteur en ajoutant des détails qui ne sont pas chez Flaubert ! Jeu du vrai et du faux, de la fiction mise en accusation, du roman pris au sérieux avec ironie et mauvaise foi.
Un très bon moment de lecture.

L’instant d’après, il était chez Charles. Il le trouva en robe de chambre et en bonnet de nuit, assis débonnairement avec sa mère dans la pièce à demi démeublée où d’Herville avait fait l’autopsie d’Emma et où maintenant, seul signe d’animation, le balancier de la grande horloge paysanne brune à longue caisse continuait de battre avec l’obstination domestique d’un bœuf qui rumine ou d’un feu qui brasille.

Photographie par Vizzavona du tableau de
Hochard, Madame Bovary, exposé en 1909.
Image RMN.
 Les avis de George et de Miss Alfie.

5 commentaires:

  1. Il est dans ma PAL depuis plusieurs années, il faudrait qu'il en sorte pour prendre l'air :)

    RépondreSupprimer
  2. catherine bibliothècaire28 septembre 2012 à 13:25

    ça donne envie / intertextualité quand tu ns tiens! bises

    RépondreSupprimer
  3. C'est distrayant et bien agréable ce séjour en flaubertie.

    RépondreSupprimer
  4. J'aime bien ce genre de paralittérature, surtout que je viens juste de finir de lire une petite études de Nabokov sur Madame Bovary. Je note le livre pour Noël. Merci pour cette idée. Je n'aime pas d'habitude les romans policiers mais celui-là respecte l'ambiance du classique alors il serait dommage que je le manque. Bises

    RépondreSupprimer
  5. Il est très agréable même si la résolution de l'intrigue ne me paraît pas du tout à la hauteur du projet.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").