La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 25 octobre 2012

Pour épeler un nom au téléphone, l’abonné ne devrait plus dire « D comme David » parce que David était un prénom juif. Il devrait utiliser « Dora ».


Erik Larson, Dans le jardin de la bête, traduit de l’américain par Édith Ochs, 1e éd. 2011, Pairs, Le Cherche midi, 2012.

Ce livre n’est pas un roman mais un récit tout ce qu’il y a de plus historique : de 1933 à 1937, William E. Dodd, un historien, fut l’ambassadeur des Etats-Unis en Allemagne. Larson fait le récit, minutieux et documenté, des événements majeurs et mineurs de la vie de la famille Dodd et de l’Allemagne durant ces quatre années. C’est… passionnant ! Et désolant, parce que tout est vrai et que l’on connaît la fin de l’histoire.
La diplomatie traditionnelle semble désarmée devant Hitler et son gouvernement, qui ne fonctionne pas comme un gouvernement normal, à qui il est impossible d’adresser les signaux habituels et auquel on ne peut parler. Beaucoup d’acteurs ne prennent pas au sérieux les nazis, d’une stupidité et d’une brutalité crasse, personne ne semble penser qu’ils vont rester longtemps. Il faut aussi reconnaître que beaucoup de personnes sont fascinés par les nazis (c’est le cas de la fille de Dodd), par leur énergie, leur vitalité et sensibles à l’antisémitisme (c’est le cas de plusieurs membres des Affaires étrangères à Washington). Il y a enfin une vraie sidération face à la nouveauté constituée par ce régime politique qui déstabilise tous les repères connus. Si Larson s’attarde longuement sur la personnalité de Dodd et de sa famille, en réalité l’absence de volonté politique des grands états de l’époque est bien plus importante pour comprendre ce qui s’est passé. Le vrai tour de force de ce livre est de parvenir à créer un vrai suspense, on se prendrait presque à espérer un changement de situation.

G. Grosz George, cycle Ecce homo, 1922
Berlin, Kunstbibliothek, image RMN.
C’est très instructif, très bien documenté, il y a de nombreux portraits de personnalités avec toute la gamme de réactions possible. Mais cela se lit plus comme un roman.

Le temps passant, les Dodd se trouvèrent confrontés à une anxiété diffuse qui imprégnait leurs journées et, peu à peu, transforma leur façon de mener leur vie. Le changement s’opéra lentement, se propagea comme une brume pâle qui se glisse dans le moindre interstice. Ce phénomène semblait affecter tous ceux qui vivaient à Berlin. On se mettait à considérer d’un autre œil celui ou celle qu’on retrouvait pour déjeuner, et, de même, le café ou le restaurant qu’on choisissait, parce que des bruits circulaient sur les établissements qui étaient la cible privilégiée des agents de la Gestapo – le bar de l’Adlon, par exemple.

Les avis de Mazel qui a été très impressionnée, et de Miss Alfie (qui n'est pas fan des romans historiques) et de Clara qui trouvent toutes deux qu'il y a un peu trop de détails. Merci au Cherche midi et à VendrediLecture.

7 commentaires:

  1. Hum, je crois que j'aime pourtant bien les romans historiques. J'ai juste été agacée par le côté documentaire très poussé et justement par le fait que je n'ai pas du tout eu l'impression de lire un roman comme tu as pu l'avoir !

    RépondreSupprimer
  2. Excuse-moi, si j'ai mal interprété ton article. Il faut reconnaître que moi j'aime les livres d'histoire. Pour moi ce livre n'est ni un roman ni un livre d'histoire au sens propre mais un récit historique. Je trouve que les petits détails donnent la touche d'humanité et de vérité (Hitler était fan de King-Kong par exemple, ça ne s'invente pas).

    RépondreSupprimer
  3. tellement impressionnée que je fais une pause sur les autres livres d'un genre approchant...
    Il faut dire aussi qu'après "Max" de Sarah Cohen-Scali, j'ai eu ma dose d'horreur.
    bonne fin de journée Nathalie,
    bises

    RépondreSupprimer
  4. Documentaire, très détaillé... c'est pour moi, je note!

    RépondreSupprimer
  5. lu aussi !
    surprenant, édifiant !

    RépondreSupprimer
  6. J'ai beaucoup aimé le père, très universitaire mais tellement dans le vrai.

    RépondreSupprimer
  7. Je vois que je ne suis pas la seule à apprécier.
    Alex : c'est vrai, ce père est tout en subtilité.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").