La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



mardi 23 octobre 2012

Le cahier des charges contenait une longue succession de contradictions dans les termes, avec un paradoxe à chaque paragraphe.


BIG, Yes is more, traduit de l’anglais par Gabriel Baldessin, 1e éd. 2009, Köln, Taschen, 2010.

BIG est l’acronyme pour Bjarke Ingels Group, un collectif d’architectes de Copenhague. À l’occasion d’une exposition tenue en cette ville et présentant tous leurs projets, ils ont réalisé ce livre. Le sous-titre, une bande dessinée sur l’évolution architecturale, est totalement trompeur : il ne s’agit pas ou peu de dessins ni d’une histoire de l’architecture. Mais le titre est exact : Yes is more, oui, on peut construire pratique, économique, beau, écologique, en s’amusant, en répondant à toutes les contraintes.


Le livre présente les projets réalisés et non réalisés du collectif : barres d’immeubles, musée, salle de spectacles, tours. Grâce à des photos des lieux, des images numériques des projets, des schémas et beaucoup d’explications, ils parlent clairement des contraintes qui pèsent sur le projet architectural : les dimensions du terrain, les lois et le code d’urbanisme, les associations de riverains, tout ce qu’il faut prendre en compte de façon concrète. 


On n’est pas ici dans l’architecte pompeux qui déclare les yeux posés sur la ligne bleue de l’horizon « Ce bâtiment, c’est d’abord un geste » mais tout simplement dans le « comment on fait ? ». C’est très pédagogique et moi qui ne connais rien à l’architecture contemporaine, j’ai trouvé ça très bien fait. L’ensemble est un peu long, il vaut mieux ne pas le lire d’une traite, mais permet de regarder d’un œil rafraîchi l’architecture.


Vous verrez ainsi comment on peut présenter un projet architectural en lego, comment répondre aux attentes irréalistes des commanditaires (le projet d’hôpital psychiatrique est très bon), comment les élections municipales et les faillites empêchent les plus beaux projets se réaliser.


En cliquant dessus, les images s'agrandissent.

4 commentaires:

  1. J'adore ! Ils ne veulent pas refaire mon lycée ? le projet d'hôpital psychiatrique devrait convenir...

    RépondreSupprimer
  2. La présentation du projet de l'hôpital est très drôle : un lieu ouvert et fermé, où les malades sont libres et surveillés, où on respecte l'intimité de chacun et où tout est sous contrôle... le projet à s'arracher les cheveux !

    RépondreSupprimer
  3. Je viens de lire Des villes et des hommes qui m'a bien intéressé. Celui que tu présente me semble rentrer dans le même sujet. Je le note !

    RépondreSupprimer
  4. C'est intéressant, ça permet de regarder autrement l'archi. très ludique.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").