La vraie vie, la vie enfin découverte et éclaircie, la seule vie par conséquent réellement vécue, c'est la littérature.



jeudi 22 novembre 2012

Elles ont pénétré dans la maison, traquant la fourbe et le crime, les inévitables Chiennes !


Sophocle, Électre, 1e moitié du Ve siècle av. J.-C., traduit du grec par Robert Pignarre, GF.

Vous connaissez l’histoire d’Électre ? La fille d’Agamemnon qui veut venger son père et pousse son frère Oreste à tuer Clytemnestre et Égysthe.
Je n’avais jamais lu la pièce de Sophocle et je suis très impressionnée par ce personnage d’Électre, héroïne de la pièce d’un bout à l’autre. Oreste apparaît comme son seul bras armé, peu consistant. Clytemnestre est plus complexe, femme meurtrie, cruelle, lâche, craignant pour sa vie. Comme dans Antigone, la pièce contient un dialogue entre deux sœurs (car Électre a une autre sœur qu’Iphigénie dans la pièce), offrant un contraste entre deux figures : une révoltée, empreinte d’absolu, quitte à sombrer dans la folie et une seconde soumise et tiraillée entre la crainte et le sentiment du devoir. La pièce contient aussi une évocation très vivante d’une course de char.

La pièce est très belle, Électre est un personnage entier, drapé dans sa douleur, vivant pour sa vengeance, agissant peu, toute de langage, vraie créature de théâtre, interpellant les autres personnages et le chœur.
Un grand plaisir de lecture.

Non, jamais je ne ferai taire lamentations ni âpres plaintes, tant que je verrai les nuits jeter les feux de tous leurs astres ; non, tant que je verrai l’éclat du jour, pareille au rossignol privé de ses petits, sur le seuil paternel, j’obséderai les passants de mes cris.

Le pari hellène

6 commentaires:

  1. Ayant fait lettres modernes et latin, je me suis souvent rendu compte qu'il me manquait une culture hellène. Mais comme il n'est jamais trop tard pour s'y mettre...

    RépondreSupprimer
  2. ça me donne envie de relire ; tu es vraiment une boutte en train des méninges. merci nat.

    RépondreSupprimer
  3. Justement je viens de télécharger Sophocle sur ma liseuse! mais j'en suis à Antigone. A propos, il faut que je t'envoie le lien pour Antigone à Ivry si je ne l'ai pas encore fait!

    RépondreSupprimer
  4. George : je lis maintenant ces bases. Le fait est qu'on les lit dans le désordre (Anouilh-Racine-Eschyle ou l'inverse...). Il faudrait aussi que je lise des trucs sur le théâtre grec pour comprendre le rôle du choeur, la question des personnages, les morceaux attendus, etc. Comprendre les contraintes du genre.
    Catherine : en GF il y a tout le théâtre de Sophocle, j'en suis à la moitié !
    Miriam : je ne sais pas, j'ai noté un lien où tu parlais d'une représentation d'Antigone, je pense que c'était ça.

    RépondreSupprimer
  5. Encore une oeuvre que j'ai lue il y a bien longtemps et beaucoup oublié. Me reste cependant le personnage d'Electre, qui m'avait marquée aussi.

    RépondreSupprimer

Les commentaires sont libres mais ça empêche pas chacun d'être responsable de ce qu'il/elle écrit (ou, comme le dit une amie, "Ce n'est pas une raison pour faire les cons").